Santé et tumeurs féminines - 2020

admin
Site Admin
Messages : 366
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Méthodes complémentaires lors d’un cancer du sein métastatique

Messagepar admin » mer. 4 nov. 2020 13:52

Question de Christina:
Qu’est-ce qui pourrait encore m’aider ? 67 ans, cancer du sein en 2013. Chimiothérapie, opération, ablation du sein et des ganglions lymphatiques du côté droit, radiothérapie, hormonothérapie, Arimidex jusqu’à juin 2019 environ.
En novembre 2019, fracture de vertèbres dorsales, diagnostic après radiographie : ostéoporose. Toujours de violents maux de dos. Février 2020, IRM, puis rendez-vous chez l’hématologue en raison d’une anomalie de la moelle osseuse. Diagnostic après ponction de moelle osseuse : métastases du cancer du sein au niveau de la colonne vertébrale. Impossible de procéder à une radiothérapie, tout le dos étant touché. Traitement : injections de ciment tous les mois, hormonothérapie avec Tamec 20 g, analgésique (Novalgin). En ce moment, je vais relativement bien, à part cette pression souvent très forte (lourdeur) au niveau du dos. Triste situation. Que pouvez-vous me conseiller pour me soulager ?

Réponse de la Prof. Dr med. Monica Castiglione:
Bonjour Christina,
Depuis sept ans, vous vivez avec un cancer du sein et ses conséquences. Votre colonne vertébrale est également touchée et vous aimeriez savoir quelles mesures vous pourriez prendre en complément à votre traitement classique.

Même dans une situation comme la vôtre, l’activité physique peut être bénéfique ; une belle promenade en pleine nature fait du bien au corps, à la tête et à l’âme.
Un grand nombre de personnes touchées par le cancer ont recours à la médecine complémentaire en plus de leur traitement classique pour améliorer leur qualité de vie. Les instituts ci-après proposent des consultations sur les offres de thérapies complémentaires assurées par des médecins qualifiés:


- Centre de médecine intégrative et complémentaire (CEMIC), CHUV, Lausanne
- Institut de médecine complémentaire et intégrative, Zurich
- Centre de médecine intégrative, Saint-Gall
- Institut de médecine complémentaire et intégrative, Berne

Par ailleurs,
les ligues régionales contre le cancer proposent un large éventail d’offres de réadaptation aux personnes qui souhaitent faire quelque chose pour leur bien-être. Dans le cadre d’une consultation ambulatoire, vous pourrez exposer vos souhaits ; les conseillères et conseillers vous épauleront dans le choix des mesures et s’occuperont de la coordination. Vous trouverez de plus amples informations sur la réadaptation oncologique ici

admin
Site Admin
Messages : 366
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Traitement après une opération conservatrice du sein : nécessaire ou pas?

Messagepar admin » jeu. 5 nov. 2020 18:47

Question de Cora :
La mammographie a mis en évidence un groupe de microcalcifications. Celui-ci a été prélevé lors de la biopsie qui a suivi, et l’examen histologique a révélé un CCIS, classification B5a, désignation macroscopique : 1 GZ, diamètre 3mm/2 GZ, diamètre 2mm/1GZ, diamètre 2mm. Tout a pu être enlevé lors de l’opération conservatrice pratiquée ensuite (microcalcifications résiduelles minimes). Après le tumorboard, on m’a conseillé une radiothérapie ou une hormonothérapie (statut des récepteurs en cours d’analyse) pour plus de sûreté. Cette thérapie supplémentaire est-elle impérativement nécessaire dans mon cas ? Ou est-ce la procédure standard/la recommandation usuelle ? Une radiothérapie locale réduit-elle le risque de récidive dans la région irradiée uniquement ? Une hormonothérapie a-t-elle pour effet de prévenir un autre cancer du sein ou agit-elle uniquement dans la zone atteinte ?


Réponse de la Prof. Dr med. Monica Castiglione :
L’opération conservatrice a permis d’enlever le groupe de microcalcifications en entier, à l’exception d’un résidu minimal. Pourquoi les médecins recommandent-ils alors un traitement supplémentaire ?

Les différentes cellules – qu’elles soient cancéreuses ou saines – sont tellement petites qu’il n’est pas possible de les voir à l’œil nu lors de l’opération. Les microcalcifications se nichent volontiers dans le tissu tumoral. Si des cellules isolées qui pourraient être cancéreuses restaient dans le tissu, elles pourraient donner naissance à une tumeur. C’est pourquoi on recommande souvent une radiothérapie après une chirurgie conservatrice afin de prévenir une récidive. La radiothérapie diminue sensiblement le risque de voir réapparaître un CCIS ou un cancer invasif après un traitement conservateur. Plus le risque de récidive est élevé, plus le bénéfice que l’on peut escompter de la radiothérapie est important. Les microcalcifications résiduelles pourraient augmenter le risque de récidive.

Une hormonothérapie peut diminuer le risque de récidive dans le sein touché par le CCIS, de même que la probabilité de voir apparaître une tumeur dans l’autre sein. Elle n’a pas d’influence sur la survie, mais le pronostic est excellent lors d’un CCIS.
Une hormonothérapie n’est envisagée qu’en cas de résultat « positif » lors de l’analyse du statut des récepteurs hormonaux, c’est-à-dire s’il y a un nombre particulièrement élevé de récepteurs hormonaux qui pourraient stimuler la croissance de la tumeur.

Je vous conseille de discuter les bénéfices et les risques d’une thérapie adjuvante (= administrée en complément) avec le ou la gynécologue qui vous suit et, éventuellement, de discuter encore une fois avec le ou la radio-oncologue avant de prendre votre décision.


Revenir à « Santé et tumeurs féminines »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité