2020 - Cancer et sexualité

admin
Site Admin
Messages : 343
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

2020 - Cancer et sexualité

Messagepar admin » mer. 29 avr. 2020 10:24

Stefan Mamié, psychothérapeute spécialisé en oncologie et sexologue, et Simone Dudle, conseillère en sexualité, Master en sexologie répondent à vos questions :

Vous avez des interrogations sur les changements intervenus dans votre apparence physique et votre vie sexuelle ? Vous ne savez pas comment réagir face à votre partenaire atteint(e) de cancer ? Vous souhaitez savoir comment le désir et la sensualité peuvent reprendre leurs droits ?
M. Stefan Mamié et/ou Mme Simone Dudle répondront, jusqu’à fin juin, aux questions que vous leur aurez adressées par écrit.
Sur la page de garde du Forum, vous trouverez davantage d’informations et le lien pour accéder au formulaire.

Questions et réponses, traitées de façon strictement anonyme, seront mises en ligne en continu ici.
Ces réponses correspondent à une prise de position générale. Elles ne remplacent pas les conseils personnalisés d’un médecin spécialiste. Les noms de médecins, établissements de traitement et produits ne sont pas cités dans un but publicitaire ni de recommandation. Ils se bornent à indiquer des sources d’information.

Quelques questions et réponses ont été traduites dans une autre langue nationale. Si vous avez des questions complémentaires, veuillez-vous adresser aux conseillères spécialisées de la Ligne InfoCancer, au numéro gratuit 0800 11 88 11, ou par e-mail à helpline@krebsliga.ch.

Meilleures salutations
Les modératrices

admin
Site Admin
Messages : 343
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Manque de désir sexuel

Messagepar admin » lun. 11 mai 2020 14:40

Question de Sivlia :
Bonjour Madame, Monsieur,
Je suis une femme de 47 ans.
J’ai été soignée pour un cancer du sein ( 5 tumeurs) avec chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie. Maintenant je suis sous tamoxifen depuis 4 mois.
Je ne retrouve plus le désir d’avoir des rapports avec mon mari et la situation est assez difficile pour moi.
Qu’est-il possible de faire? J’ai eu 3 séances avec une sexotheraoeute qui me dit que tout va bien pour moi.
Merci d’avance pour votre réponse.
Meilleures salutations
Silvia

Réponse de Simone Dudle, conseillère sexuelle :
Chère Silvia,

Dans votre courrier, vous nous expliquez que le traitement de votre cancer du sein a nécessité, et nécessite encore, de nombreuses formes de thérapie.
Chacune d’entre elles peut avoir des répercussions sur les sensations corporelles, la flore vaginale, les sensations (y compris la douleur), ainsi que sur le désir sexuel. Au vu du grand nombre de traitements que vous subissez et de leurs importants effets secondaires sur la sexualité, votre manque de désir actuel n’a rien d’étonnant.
Lorsque le sexologue a affirmé que vous alliez bien, probablement songeait-il à cette réaction fréquente et explicable aux traitements…

Le manque de désir sexuel représente pour vous une situation difficile. Est-elle difficile pour vous, pour votre mari ou dans le contexte de votre sexualité de couple ?
Peut-être qu’après votre maladie, les rapports sexuels ont pris une autre signification à vos yeux et que d’autres besoins tels qu’intimité, sentiment de sécurité, protection, tendresse, etc., ont gagné en importance et demandent à être satisfaits ?
Malheureusement, le désir sexuel ne se commande pas.
Il s’agit plutôt de découvrir quel type de sexualité et quelles formes de sensualité vous conviennent après la maladie ; comment aussi tous nos sens peuvent donner naissance au désir. Pour vous, à quoi ressembleraient des instants plaisants, bienfaisants et détendus avec votre mari, sans que les rapports sexuels n’entrent en ligne de compte ?

Le cancer modifie les envies et les besoins sexuels. Pour beaucoup de couples, la vie sexuelle d’avant n’existe plus, ce qui représente un défi pour les deux conjoints. Parler de cela ouvertement a donc toute son importance pour comprendre ce que ressent l’autre, aussi bien du point de vue émotionnel que physique. Ensuite, le couple pourra réfléchir ensemble à ce qu’il souhaite en matière de sexualité, qui est loin de se limiter aux rapports sexuels.
De telles conversations peuvent être difficiles. L’accompagnement d’un spécialiste en sexo-oncologie peut alors s’avérer précieux. Il me semble important que vous puissiez compter sur une oreille attentive et que vous vous sentiez compris

Une réponse par courriel ne peut épuiser tous les aspects personnels de votre question.
Une sexualité de couple renouvelée passe par la réflexion sur vos propres besoins et désirs en matière de sensualité et l’échange à ce propos avec votre mari.
Vous avez déjà fait preuve de courage et franchi des étapes importantes.

Je vous encourage à poursuivre dans cette voie et à vivre la sexualité qui vous convient dans le présent.
Je vous adresse tous mes vœux de santé.

Simone Dudle

admin
Site Admin
Messages : 343
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

capacité érectile après und ablation de la prostate

Messagepar admin » mar. 19 mai 2020 12:45

Question d’Andreas:
Chères expertes, chers experts,

Il y a sept mois, j’ai subi une ablation de la prostate en raison d’un cancer.
Depuis lors, je me porte bien, mais j’ai cependant deux questions.
Avant l’opération, mes érections étaient fantastiques. Désormais, elles sont à nouveau très bonnes, même sans médicaments, mais plus aussi fortes. Vont-elles s’améliorer ?
De plus, j’ai aussi constaté un changement au niveau de l’orgasme. L’excitation et les sensations le précédant sont aussi intenses qu’avant mon opération, mais l’orgasme lui-même est bien plus faible, voire souvent inexistant. Avec le temps, vais-je retrouver de meilleurs orgasmes ?
Merci d’avance.

Réponse de Simone Dudle:
Cher Andreas,

Merci pour vos deux questions concernant votre capacité érectile après votre ablation de la prostate il y a sept mois.

Lors d’une opération – petite ou grande – de la prostate, le chirurgien passe près de nerfs importants. Bien que les techniques utilisées aient pour but de préserver les nerfs autant que possible, il est possible que certains soient endommagés ou irrités et que l’irrigation sanguine des tissus érectiles en souffre. Les nerfs irrités peuvent guérir pendant les deux ans suivant l’opération.
Du fait que les faisceaux nerveux jouent un rôle dans la transmission des stimuli, il se peut qu’une opération ait de fortes répercussions sur l’orgasme.
Selon l’opération pratiquée – petite ou grande, l’éjaculat est renvoyé dans la vessie (éjaculation rétrograde) ou, en cas d’ablation radicale de la glande, l’orgasme a lieu sans éjaculation (orgasme sec). Ces changements physiologiques influencent l’intensité de l’orgasme ressenti. Souvent, après une opération, l’approche émotionnelle comme physique à l’orgasme doit évoluer.
De plus, même en l’absence de maladie, dès l’âge de 45 ans, les hommes constatent généralement une modification de l’angle et de la rigidité de leur érection ; leurs sensations ne sont plus les mêmes. Il peut alors s’avérer bénéfique de différencier les attentes de la réalité.
Ce n’est pas le fait de se concentrer sur la force de l’érection et de l’orgasme qui apporte satisfaction, mais de ressentir ces sensations avec tous ses sens.

De plus, retrouver ou renforcer une érection demande un entraînement adapté. Celui-ci comprend des exercices de perception et de ressenti au niveau du pénis et de tout le corps. La rééducation du plancher pelvien, en s’efforçant de respirer par le ventre et de recourir à la tension du corps et au mouvement, exercent une influence positive sur l’érection et l’orgasme. Divers ouvrages traitent de ce thème – par exemple (en allemand) «Klappt's?: Vom Leistungssex zum Liebesspiel“ de Michel Sztenc. De tels exercices se basent sur le concept sexocorporel ; vous pouvez également vous adresser à un spécialiste en la matière.

Comme le veut l’adage, c’est en forgeant que l’on devient forgeron ; je vous encourage donc à investir dans votre sexualité pour qu’elle continue d’être synonyme de joie et de plaisir.
Meilleures salutations

Simone Dudle

admin
Site Admin
Messages : 343
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Effets du traitement par chimiothérapie sur la sexualité masculine

Messagepar admin » mar. 16 juin 2020 11:01

Question de Gilda:
La chimio (pour leucémie proliélocytaire) et ses effets secondaires, essentiellement de la fatigue depuis la fin de sa chimio supprime-t-elle le désir et est-ce temporaire ou cette maladie modifie-t-elle le comportement sexuel de manière définitive. Actuellement il n’a plus d’érection matinale. Il souffre également d’une hydrocèle dont il devrait se faire opérer.
Je vous remercie si vous pouvez me donner un éclairage sur cette problématique du manque de désir et également me dire ce que je peux faire de mon côté pour l’aider car je n’ose plus rien tenter avec lui de peur de le mettre en situation d’échec.

Réponse de Stefan Mamié: conseiller sexuel

Chère Gilda,

Merci de votre question. Votre partenaire souffre d’une leucémie promyélocytaire. Vous souhaitez des renseignements sur les effets du traitement par chimiothérapie sur la sexualité masculine.

En fonction de la substance utilisée, la chimiothérapie affecte très souvent la libido ainsi que les mécanismes d’excitation sexuelle et d’orgasme.

Vous décrivez des stratégies d’évitement déjà établies dans votre vie sexuelle, pour vous et probablement pour votre partenaire. En effet, les hommes touchés font fréquemment l’expérience d’un sentiment d’échec marqué, de diminution de l’estime de soi, de perte de virilité. Beaucoup pensent que leurs limitations les rendent indésirables aux yeux de leur partenaire, ou bien ils ne veulent pas éveiller d’excitation qu’ils ne pourraient ensuite satisfaire, faute d’érection. Les hommes renoncent alors souvent aux gestes de tendresse, or la partenaire peut souffrir davantage du manque de tendresse que de l’absence provisoire de rapports sexuels.

Dans beaucoup de cas, la réceptivité sexuelle revient progressivement une fois la thérapie terminée. Néanmoins, les stratégies d’évitement mentionnées plus haut sont bien ancrées et peuvent parfois entraver le retour à la vie sexuelle. Par ailleurs, l’expérience de la maladie est un événement qui laisse une empreinte sur le patient, mais souvent sur sa partenaire également. En effet, la sexualité est aussi personnelle et individuelle qu’une empreinte digitale et un changement sur le plan personnel affecte habituellement la sexualité. Souvent, le couple ne peut retrouver la sexualité d’avant la maladie. Pour découvrir ensemble de nouveaux moyens de se satisfaire mutuellement, il faut alors se montrer curieux et être prêt à faire face à des sentiments désagréables comme l’insécurité, le deuil et la honte. De même, il faut la plupart du temps discuter ensemble de son état d’esprit.

L’insécurité mutuelle empêche cependant de s’engager dans cette voie. C’est pourquoi un accompagnement professionnel se révèle souvent utile. Si vous envisagez de recourir à un soutien professionnel, votre ligue cantonale peut vous aider à trouver le spécialiste qui vous conviendra. La Ligue fribourgeoise contre le cancer propose une consultation d’onco­sexologie
Vous trouverez également de plus amples informations sur la sexualité masculine après un cancer dans la brochure "cancer et sexualité au masculin"

Je vous adresse mes salutations et vous présente mes vœux les meilleurs à tous les deux.

Stefan Mamié


Revenir à « Sexualité et cancer »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités