2014 - Équipe InfoCancer

admin
Site Admin
Messages : 509
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

2014 - Équipe InfoCancer

Messagepar admin » mer. 11 juin 2014 12:59

L'équipe d'InfoCancer répond à vos questions:

Ces réponses correspondent à une prise de position générale. Elles ne remplacent pas les conseils personnalisés d’un médecin spécialiste. Les noms de médecins, établissements de traitement et produits ne sont pas cités dans un but publicitaire ni de recommandation. Ils se bornent à indiquer des sources d’information.

Quelques questions et réponses ont été traduites dans une autre langue nationale. Si vous avez des questions complémentaires, veuillez vous adresser aux conseillères spécialisées de la Ligne InfoCancer, au numéro gratuit 0800 11 88 11, ou par e-mail à helpline@krebsliga.ch.



Question de Hayet :
bonsoir,
j'ai ma tante qui est atteinte du cancer de la vésicule et qui a touché un peu le pancreas. Elle n'est pas au courant de sa maladie, elle est juste informée qu'elle a la vésicule enflée sans plus. Qu'est ce que vous pouvez nous conseiller, et qu'elle est le traitement à suivre.
Merci pour les efforts que vous fournissez.
Merci

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Hayet
Merci de la confiance en notre organisation. La Ligue suisse contre le cancer n'est pas une organisation médicale et ne peut pas donner des conseils thérapeutiques.
Vous écrivez que votre tante n'est pas au courant de sa maladie. Alors je me pose la question si elle habite peut-être en dehors de la Suisse. Si votre tante habite en Suisse et si elle veut se faire traiter dans notre pays, nous vous conseillons de vous adresser à un grand centre hospitalier universitaire, comme par exemple le
CHUV ou aux HUG .


Question de Zabou:
je suis atteinte d'un cancer du col de l'utérus, qui s'est propagé aux poumons, je fais de la chimio, mais les médecins me laissent pas beaucoup d'espoir de guérison, j'ai l'impression qu'ils m'ont laissé trainer, car ils m'ont fait faire des rayons, et de la chimio "légère" au début, mais le mal s'est réparti quand même, je suis désespérée! j'ai 4 enfants dont une petite de 3 ans....

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Zabou,
Combien je comprends votre réaction et vos interrogations face à l’avancée de la maladie.
Le pronostic de guérison est une question que tout le monde se pose en cas de maladie grave et à laquelle il est impossible de répondre avec certitude pour un cas particulier. De nombreux facteurs, liés à la personne et aux caractéristiques de la maladie, influencent le pronostic.
Lors de forums interdisciplinaires réunissant des différents experts pour le traitement des maladies tumorales, des médecins se concertent et prennent des décisions, suivant des schémas thérapeutiques, basés tant sur l’expérience et les connaissances scientifiques les plus récentes que des composantes personnelles du patient.
La supposition, qu’un autre traitement aurait eu de meilleurs résultats, est compréhensible mais aléatoire.
Chaque cancer est unique à chaque patient et la maladie va aussi se développer de manière unique d'un patient à l'autre. Même si le cancer est complètement enlevé lors d’une chirurgie, il existe des possibilités qu'il revienne ailleurs dans le corps (poumons, etc.).
Partagez vos doutes et vos suppositions avec votre équipe médicale. Elle pourra au mieux vous expliquez les raisons du traitement choisi et vous proposer, si nécessaire et souhaité, un soutien et/ou un accompagnement professionnel, pour vous aider à traverser ces moments difficiles.



Question de Wolke:
Quelle assurance couvre les frais d’annulation d’un voyage lorsque l’état de santé d’une personne atteinte de cancer se détériore, par exemple à la suite d’un traitement devenu nécessaire?

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Wolke,
Les frais de ce type sont pris en charge par les assurances pour frais d’annulation, qui figurent dans l’offre de différents prestataires. Une grande partie des compagnies d’assurances connues proposent ce type de couverture.

Il faut savoir qu’on ne peut faire jouer l’assurance frais d’annulation que lorsque le voyage ne peut pas être effectué. Une personne qui tombe malade durant les vacances aura besoin, le cas échéant, d’une assurance qui couvre les frais de guérison et de rapatriement. Il est conseillé de conclure une assurance de ce type pour de grands voyages ou des voyages dans des pays où les frais de traitement sont élevés. Les compagnies d’assurances offrent des assurances voyage et frais d’annulation combinées pour une durée limitée ou pour une année.
Avant de partir en voyage, il est recommandé de demander au médecin traitant une confirmation attestant que vous allez bien actuellement et que vous êtes «apte à voyager». Vous éviterez ainsi d’éventuels problèmes avec l‘assurance.

Votre compagnie d’assurances pourra très certainement vous renseigner et vous conseiller.



Question de biene24:
Bonjour, j’aimerais avoir votre avis sur le graviola.

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Biene24,
Vous avez manifestement entendu parler d’un remède naturel extrait du graviola – une plante tropicale – qui serait efficace contre différents types de cancer.
En principe, toute promesse de guérison est suspecte; il n’existe pas de remède miracle!
La prise de graviola comme complément alimentaire ne saurait remplacer le traitement médical classique.
L’efficacité du graviola pour atténuer des effets secondaires ou des suites de la maladie n’a pas non plus être prouvée scientifiquement à ce jour.
Les personnes qui souhaiteraient recourir à des méthodes complémentaires pour soutenir le traitement conventionnel peuvent s’adresser à l’un des centres de consultation ci-après:

Institut de médecine complémentaire et intégrative de l‘Hôpital universitaire de Zurich
Institut de médecine complémentaire de l‘Hôpital de l’Ile à Berne


Question de Deia:
Bonjour,
j’ai eu une infection aux PVH il y a six ans; malheureusement, je ne sais pas de quel type de PVH il s’agit. L’infection a été constatée suite à la présence de condylomes et confirmée par un frottis. Les médecins ne m’ont pas donné beaucoup de détails. Je pensais qu’on pouvait s’infecter seulement lors de rapports sexuels et je ne sais pas d’où venait l’infection. Comme tout était de nouveau en ordre après le troisième frottis, je n’y ai plus pensé. Jusqu’à hier… Je pense avoir découvert un nouveau condylome, mais depuis mon dernier frottis, j’ai uniquement eu des rapports sexuels avec mon mari. D’où ma question: faut-il informer mon entourage que j’ai/nous avons des PVH ou comment faut-il procéder? Est-ce que je risque de contaminer des collègues, ma famille, etc. en utilisant le même linge ou en touchant la même poignée de porte? Ai-je même le DEVOIR d’informer mon entourage, comme pour le sida? Y a- t-il des risques si quelqu’un boit dans le même verre? Je me fais beaucoup de souci, je ne veux contaminer personne. Meilleures salutations.

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Deia,
Les papillomavirus humains (PVH, ou HPV en anglais) se transmettent essentiellement par les rapports sexuels ou par contact de peau à peau. L’utilisation de préservatifs lors de rapports sexuels peut diminuer le risque d’infection mais n’offre pas une protection absolue. De ce fait, il est important de faire des contrôles réguliers chez le gynécologue; cela permet de déceler d’éventuelles modifications de la muqueuse de l’utérus à un stade précoce et d’engager un traitement si nécessaire.

Il est tout à fait possible qu’une infection à PVH passe inaperçue pendant plusieurs années. Le virus peut être transmis par des personnes qui ne présentent pas de symptômes lors de relations sexuelles, par contact de peau à peau ou par contact avec un objet ou une surface contaminés. Il n’est souvent pas possible de définir quand et où on a été infecté.

Votre inquiétude et vos soucis concernant la transmission des PVH et la façon de protéger votre entourage sont compréhensibles.

Les PVH peuvent survivre plus d’une semaine sur des objets ou des surfaces. La possibilité d’une contamination par l’emploi des mêmes linges, toilettes, baignoires et savon, par contact avec des poignées de porte souillées ou à la piscine n’a pas pu être établie clairement.
La transmission par les doigts de PVH à bas risque, du type de ceux qui causent avant tout des verrues génitales, n’est pas non plus exclue.

Les PVH sont très répandus (on estime que, dans les pays industrialisés, sept à huit personnes actives sexuellement sur dix sont contaminées par des PVH au cours de leur vie) et il est possible, en théorie, que vous ayez été contaminée autrement que lors de rapports sexuels avec votre mari.
Il n’est donc pas nécessaire d’informer votre entourage de la découverte d’une nouvelle verrue et de vous exposer. Par ailleurs, il n’y a pas d’obligation d’informer des tiers d’une infection aux PVH.

L’emploi de préservatifs masculins ou féminins, de même qu’une bonne hygiène intime et corporelle, peuvent abaisser sensiblement le risque de contamination.



Question de ivo:
Ou faut-il allé pour un dépistage du cancer de la gorge ou poumon et quel son les prix? J'ai 21 ans voila bientôt 10 ans que je fume, j ai de forte toux, une gorge toujours sèche et l'inquiétude d'avoir un cancer est de plus en plus grande. N'ayant aucun moyen financier j’aimerai savoir également si les assurance peuvent prendre en compte le dépistage? Merci

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour ivo,
Parlez de vos symptômes et de vos craintes avec un médecin généraliste. Les examens diagnostiques et les soins éventuels sont payés par l’assurance maladie obligatoire de base. Si vous n’avez pas les moyens de payer la franchise et le 10 % des coûts de la visite médicale, qui sont à votre charge, vous pouvez vous adresser à votre commune de domicile.

Je vous invite à visiter
ce site. Vous y trouvez beaucoup d’informations utiles à propos des dépendances et il vous donne la possibilité d’échanger avec d’autres jeunes.

Les conseillères de
la Ligne stop tabac 0848 000 181 vous aideront à arrêter de fumer.


Question de paula:
J’aimerais échanger par courriel avec une mère. Pour le moment, je ne suis pas encore prête à aller plus loin. Ma fille, âgée de 15 ans et demi, se bat depuis près de deux ans contre un cancer (sarcome d’Ewing). Tantôt elle va bien, tantôt moins, comme en ce moment. Je ne sais pas ce que j’attends, j’écris sans but précis.

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Paula,
Votre besoin de discuter avec une mère qui se trouve dans une situation comparable à la vôtre est parfaitement compréhensible.
Je vous propose de lancer un appel sur le forum. Si une mère s’annonce et que ses mots vous parlent, demandez-lui si vous pourriez faire plus ample connaissance par courriels privés.
Une autre possibilité serait d’entrer en contact avec des parents qui traversent les mêmes épreuves en passant par
L’Association romande des familles d’enfants atteints d’un cancer.

J’espère que vous trouverez rapidement une interlocutrice avec laquelle vous aurez des atomes crochus.


Question de senga:
Bonjour,
Après une opération conservatrice du sein et une radiothérapie (terminée en mai 2014), je souffre de plus en plus des effets secondaires du létrozole (que je prends depuis mars 2014). Quelles autres options y a-t-il ? Que se passerait-il si je laisse tomber le traitement anti-hormonal? Je m’injecte déjà de l’Iscador.
Merci de votre réponse.
Cordiales salutations

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Senga,
Vous prenez du Létrozole depuis quelques mois et vous souffrez d’effets secondaires, de troubles tels que bouffées de chaleur et douleurs articulaires qui affectent souvent les femmes durant la prise de cette classe de médicaments, appelés inhibiteurs de l’aromatase.

Discutez avec votre médecin pour voir si vous pourriez, le cas échéant, essayer un autre médicament de ce groupe d’antihormones qui provoquerait peut-être moins d’effets secondaires chez vous.
On a pu lire récemment dans un article spécialisé que l’acupuncture peut être utile pour atténuer les effets secondaires des traitements antihormonaux, tout comme une activité sportive modérée. Quelques femmes rapportent également que les effets secondaires diminuent légèrement avec le temps.

Du point de vue médical, il n’existe pas d’autre option pour remplacer un traitement antihormonal. La raison pour laquelle on prescrit du Létrozole ou des médicaments similaires est liée à la nature du cancer du sein. Les inhibiteurs de l’aromatase bloquent un processus de transformation qui joue un rôle important dans la production d’œstrogènes. Ainsi, aucun œstrogène ne pénètre plus dans les éventuelles cellules cancéreuses résiduelles du sein qui pourraient croître sous l’influence de ces hormones, ce qui empêche une réapparition de la maladie.
Il n’est pas possible de dire ce qui se passerait si vous renonciez au traitement antihormonal. Cette thérapie est recommandée par les spécialistes pour garantir la meilleure prise en charge possible.

Le fait que vous preniez de l’Iscador pour renforcer votre organisme est très certainement aussi utile.



Question de Sonnenblume85:
Mon père, qui a un gros ventre dur depuis plusieurs années, a fait une échographie de l’abdomen dans le cadre d’un contrôle de routine (il est suivi pour hypertension). A sa grande surprise, le médecin a découvert une ombre d’une quinzaine de centimètres du côté gauche. Suspectant une tumeur, il a demandé un scanner, qui a été réalisé une semaine plus tard. Tout le dossier a été envoyé à un spécialiste. Après deux nouvelles semaines d’attente, le soupçon se confirme : il y a une tumeur dans le tissu adipeux, mais rien dans l’estomac. Le médecin pense qu’il s’agit d’une tumeur déjà avancée et probablement maligne, mais il faut faire un prélèvement pour en avoir le cœur net. Il faudra donc sans doute encore attendre deux semaines, puis voir le résultat. Mon père n’a jamais eu de troubles importants à part des tiraillements ou des élancements de temps à autre. Il n’a pas perdu de poids et ne présente pas d’autres signes de maladie. Ma question est la suivante : pourquoi tout cela prend-il autant de temps, surtout si on part de l’hypothèse qu’il s’agit d’une tumeur maligne ? Et que pourrait-on faire dans ce cas ?

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Sonnenblume85,
En cas de suspicion de tumeur maligne chez un proche, l’attente des résultats jusqu’à ce que l’on sache ce qu’il en est réellement est quasi insupportable.
Il est donc parfaitement compréhensible que vous vous demandiez pourquoi les investigations sont si longues. Craignez-vous que l’attente fasse perdre un temps précieux ? Au cas où l’ombre du côté gauche de votre père révélerait une tumeur maligne, cette tumeur a probablement grandi lentement sans provoquer de symptômes. Pour autant que l’on puisse en juger, le fait de ne pas faire immédiatement d’examens et de traitement ne devrait donc pas nécessairement avoir des effets négatifs. Je suppose que l’équipe soignante part elle aussi de ce point de vue.
En tant que proche, vous ne pouvez sans doute pas faire grand-chose pour accélérer les investigations. Faites toutefois part de vos craintes au médecin de famille ou au médecin traitant de votre père. Il pourra peut-être vous donner de plus amples renseignements sur la suite des démarches prévues.



Question de Bonita 16669:
En août 2013, j’ai eu un carcinome de la vessie, qui a aussitôt été éliminé. Jusqu’ici, toutes les cystoscopies sont bonnes; la maladie n’a pas réapparu. Avant d’avoir ce cancer de la vessie, j’ai toujours teint mes cheveux en blond, mais plus depuis mon opération et j’ai repris ma teinte naturelle. Hier, je suis allée chez le coiffeur, qui m’a fait des mèches blondes en utilisant un bonnet et en gardant une certaine distance par rapport au cuir chevelu. A présent, j’ai peur que la tumeur ne revienne, mais je ne me sentais pas bien avec ma couleur naturelle. Maintenant que j’ai de nouveau des mèches blondes, je me plais mieux.

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Bonita 16669,
Nous sommes heureuses de lire que toutes vos cystoscopies n’ont pas révélé la présence de nouvelles cellules cancéreuses.

Un changement de coiffure peut améliorer le bien-être et faire que l’on se sente de nouveau bien. Comme vous l’écrivez, vous vous plaisez mieux avec des mèches.

Je suppose que vous avez peur que les teintures pour cheveux ne soient à l’origine de votre cancer de la vessie. Les mécanismes d’apparition du cancer de la vessie n’ont pas été pleinement élucidés à ce jour. Certains facteurs de risque peuvent augmenter la probabilité de développer la maladie. Parmi ceux-ci, on note le contact fréquent et durable avec certains produits chimiques.
En teignant vos cheveux, vous ne risquez pas une récidive. Les teintures pour cheveux et les produits décolorants en vente dans le commerce ne contiennent plus de substances cancérigènes aujourd’hui. Cela concernait les teintures utilisées il y a une vingtaine d’années. Il n’est toutefois pas possible d’exclure des réactions allergiques. Votre coiffeur pourra certainement vous donner de bons conseils.



Question de mikymac:
Bonjour.
Ma maman a découvert qu’elle avait une tumeur au sein et des métastases osseuses. Aujourd’hui, après 6 cycles de chimio et trois ans de traitement à l’Herceptin et au Femara, la tumeur au sein a recommencé à augmenter. Étant donné que les métastases ont jusqu’ici été assez bien contrôlées, on nous propose une mastectomie, mais sans possibilité de reconstruction, ni maintenant ni plus tard. Y a-t-il réellement un danger clinique à faire la reconstruction? Merci.

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour mikymac,
À l’occasion d’un congrès sénologique qui s’est tenu à Lugano à l’automne 2013, le Dr Christoph Rageht du
Brustzentrum Zürich a confirmé qu’il ne fallait pas renoncer à la reconstruction par crainte que le suivi radiologique ne soit pas fiable. On peut déduire de cette affirmation qu’à la suite d’une reconstruction mammaire, il est tout à fait possible pour une équipe de radiologues qui travaillent dans un centre du sein accrédité de lire les mammographies et d’identifier à temps une éventuelle récidive, et donc de se rendre compte que la maladie a réapparu ou alors d’évaluer la réponse de la tumeur aux thérapies.

Les considérations qui précèdent ne peuvent cependant en aucun cas se substituer à l’avis d’un médecin sénologue. Je vous invite donc à consulter un centre de sénologie comme, par exemple, le
Centro di senologia della Svizzera italiana (centre de sénologie de la Suisse italienne) ou le Brustzentrum de Zurich pour un deuxième avis de spécialiste.

Si votre maman réside en Italie,
l’Associazione italiana malati di cancro, parenti e amici (association italienne des malades du cancer, de leurs parents et de leurs amis) l’orientera vers un centre d’excellence à proximité de chez elle. (traduits du forum cancro)


Question de martinet7:
J'ai une tumeur osseuse sur la clavicule gauche. J'ai déjà été traitée avec des rayons en 1980 j'avais 17 ans pour la maladie de Hodgkin.
Ma question est celle-ci: "peut-on irradier encore une fois une clavicule déjà irradiée. Cette tumeur est probablement un sarcome radio-induit. Je suis très inquiète. J'ai mal sur l'os depuis 12 jours on a fait tous les examens en urgence à l'hôpital de la Pourtalès à Neuchâtel. Un Doopler, un scanner et un IRM à Epalinges côté Lausanne. Ils m'envoie chez un cancerologue Pracht au CHUV mais il est en vacance et je me dis que ça a le temps de métastasé si on attend trop. Je crains et pense qu'à ça ! de plus toute ma vie a été perturbée à cause de cette maladie de Hodgkin je garde des séquelles graves, un bras totalement paralysé et douloureux depuis l'âge de 20 ans. Ma vie est un cauchemar ! tous mes amis m'ont laissés tomber, c'est dur ...

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour martinet7,
Votre inquiétude est compréhensible. Je vais toute de suite essayer de vous tranquilliser à propos de l’une des craintes que vous exprimez dans votre demande d’aide: il est possible d’appliquer des rayons à une zone précédemment traitée avec la radiothérapie.

Dans l’attente de l’avis du Service d’oncologie médicale du CHUV, une psycho-oncologue pourrait répondre à vos difficultés émotionnelles liées à l’incertitude. Elle peut vous aider à appréhender au mieux votre maladie et ses répercussions sur les plans psychique et social.

Un soutien psychologique est offert à toute personne atteinte de cancer suivie au Service d'oncologie médicale du CHUV, sous forme d'entretiens ponctuels ou de psychothérapies brèves. Si vous désirez un entretien, vous pouvez vous adresser au médecin qui vous a orientée vers le CHUV. Il vous mettra en contact avec Anne Dunand, psychologue. Cette prestation est remboursée par l'assurance-maladie de base.




Question de Luminata:
Bonsoir,
Agée de 47 ans, j’ai été opérée d’un fibrome le 16 avril. L’examen histologique a révélé un adénocarcinome de l’endomètre avec envahissement du myomètre. L’intervention a été faite par laparotomie et on m’a enlevé l’utérus, l’ovaire et la trompe gauches. Puis, le 25 juin, on m’a enlevé l’ovaire et la trompe du côté droit par laparoscopie.
Le résultat de l’examen histologique a été négatif pour les ovaires et le lavage péritonéal (washing). Quatre mois se sont écoulés depuis la première intervention et le médecin m’a dit que je devais subir une curiethérapie. Avant de commencer, je me suis rendue dans un centre de recherche pour une consultation, où on m’a proposé de faire un PET-scan pour voir si les ganglions lymphatiques étaient touchés, car lors de l’intervention, aucun ganglion lymphatique n’a été prélevé et aucune biopsie n’a été réalisée. J’ai été très surprise d’apprendre que le résultat du PET-scan était positif pour tous les ganglions situés sous le diaphragme ainsi que dans toute la zone abdominale. Je souhaiterais savoir quelle thérapie je pourrais suivre et à combien s’élèvent mes chances de guérison.
Merci beaucoup !

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Luminata,
Pour un troisième avis, vous pouvez vous adresser à
l’Institut oncologique de la Suisse italienne ou, si vous résidez en Italie, à l’Associazione italiana per malati di cancro, parenti e amici qui vous indiquera un centre spécialisé dans ce pays. (Notice de l’administration: Cette question a été posée en italien.)


Question de Gabriela:
Bonjour,
La semaine passée, mon père s’est vu diagnostiquer un cancer de l’œsophage. Je suis sous le choc, notamment parce que mon père vit à l’étranger et que je ne peux pas l’aider au quotidien. Le chirurgien a déclaré que le cancer n’était pas opérable et que nous devions voir l’oncologue. Le même jour, l’oncologue a suggéré de faire une chimiothérapie et une radiothérapie. Je suis très préoccupée: la thérapie n’aura-t-elle pas des effets secondaires qui causeront davantage de dégâts et mon père n’aura-t-il pas beaucoup plus de complications? Ne serait-il pas mieux de ne pas faire de chimiothérapie, d’observer l’évolution et de trouver un traitement alternatif? Je ne sais pas où m’adresser pour trouver de l’aide car je dois travailler et m’occuper de ma petite fille. Je me sens stressée et prise au piège parce que je ne sais pas quel genre de thérapie conseiller à mon père.
Je vous remercie par avance de votre aide, aussi sur le plan psychologique.

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Gabriela,
Il est parfaitement compréhensible que l’annonce de la maladie de votre père ait été un choc et que la distance accroisse votre sentiment d’impuissance.

Appelez-nous au 0800 11 88 11, le numéro gratuit de la ligne InfoCancer. Nous pourrons ainsi vous conseiller et vous soutenir au mieux.



Question de darione13:
Bonjour,
Ma mère est atteinte d’un cancer biliaire. Souffrant de nausées et de vomissements, elle refuse la nourriture. Que puis-je faire pour soulager ces symptômes?

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour darione13,
Si le facteur déclenchant – par exemple une thérapie ou la tumeur – ne peut pas être éliminé, il existe divers remèdes efficaces contre les nausées et les vomissements. En premier lieu, il faut informer le médecin de votre mère, au cas où elle ne l’aurait pas déjà fait. Si, après cela, on n’obtient pas un contrôle satisfaisant des symptômes, il est possible de consulter un médecin spécialisé en soins palliatifs, c’est-à-dire un spécialiste de la prise en charge des symptômes gênants. Si vous souhaitez obtenir l’adresse d’un service de médecine palliative, n’hésitez pas à nous appeler au numéro gratuit 0800 11 88 11.

Les mesures suivantes peuvent atténuer ou prévenir les nausées et les vomissements :

• Prendre au moins cinq repas légers répartis sur toute la journée.
• Boire et manger lentement.
• Eviter les aliments très sucrés, les mets gras et ceux qui causent des ballonnements ou qui ont une forte odeur.
• Eviter les soupes ou les sauces contenant des liants (amidon, fécule, crème).
• Renoncer à ses plats préférés quand on souffre de nausées ou de vomissements pour éviter d’être dégoûté parce qu’on les associe à l’inconfort qu’ils provoquent.
• Privilégier les aliments froids, légers et au goût neutre.
• Grignoter des aliments secs qui aident à prévenir les vomissements (crackers, biscottes, pain grillé).
• Boire des boissons froides, du coca par exemple.
• Aérer régulièrement la cuisine et la salle à manger.
• Si on n’arrive pas à manger, essayer de boire au minimum 1,5 l par jour.
• Après un épisode de nausées et de vomissements, prendre du liquide pour commencer, puis des bouillies et ensuite seulement des mets solides légers.
• Boire peu pendant les repas; une quantité importante de liquide peut rassasier trop vite ou provoquer des nausées.
• Se reposer après les repas, en position semi-assise ou assise (dans un fauteuil et non dans un lit).
• Porter des habits qui ne serrent pas à la taille.
• Eviter de manger juste avant le traitement (chimiothérapie, radiothérapie).
• Déterminer quels facteurs (aliments, circonstances, événements) provoquent les nausées ou les vomissements.
Vous trouverez d’autres conseils sur la manière de s’alimenter lorsqu’on souffre d’un cancer dans la brochure
Difficultés alimentaires en cas de cancer.


Question de Bambi:
Bonjour,
Après mon opération d’un cancer du sein en décembre dernier (opération conservatrice) et la radiothérapie qui a suivi, on m’a proposé un traitement antihormonal. J’ai très mal supporté Arimidex, le premier inhibiteur de l’aromatase que l’on m’a donné; les douleurs articulaires étaient insoutenables. Depuis six semaines, je prends un autre produit, Femara. A présent, je souffre de très fortes douleurs dans les mains et dans toutes les articulations des doigts, comme les douleurs liées à un syndrome du tunnel carpien. Les douleurs me réveillent la nuit, et le matin, je ne peux ni plier ni tendre les doigts! Les douleurs dans les autres articulations sont moins vives. Sur d’autres forums, j’ai entendu parler d‘un concentré de micronutriments avec du sélénium du nom d’EQUIZYM MCA, qui, destiné essentiellement à nourrir les muqueuses, atténue les douleurs dans les articulations Quelqu’un en Suisse aurait-il de l’expérience avec ce produit? Je crains avant tout qu’il ne soit pas compatible avec l’inhibiteur de l’aromatase que je prends, mais je …

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour Bambi,
Votre question ne nous est malheureusement pas parvenue dans sa totalité; il manque une partie du texte. Par ailleurs, j’ai l’impression qu‘elle s’adresse avant tout aux utilisatrices et utilisateurs du forum. Vous pouvez la poster encore une fois sur le forum, par exemple sous
cancer du sein, ou sous autres thérapies. Nous souhaitons toutefois aussi vous donner une réponse par ce canal.

Les douleurs articulaires comptent parmi les effets secondaires les plus fréquents du traitement antihormonal sous Femara. Elles sont épuisantes et entraînent des limitations.
Comme nous l’avons écrit plus haut à Senga, l’acupuncture, de même que la pratique régulière d’une activité sportive modérée, peuvent atténuer quelque peu les douleurs. Par ailleurs, ces effets secondaires diminuent généralement au fil du traitement.
Vous avez lu que le produit EQUIZYM MCA peut soulager les douleurs articulaires lors d’un traitement antihormonal et vous souhaiteriez tester cette préparation. Pour cela, vous cherchez des personnes en Suisse qui ont déjà utilisé ce produit et vous souhaiteriez avant tout être sûre qu’il est compatible avec l’inhibiteur de l’aromatase Femara et qu’il n’y a donc pas d’interactions. La personne la plus à même de vous renseigner est très certainement l’oncologue qui s’occupe de vous. Si votre médecin ne connaît pas – ou connaît mal – EQUIZYM MCA, demandez-lui de vous adresser à l’un des instituts ci-après:

Institut de médecine complémentaire et intégrative de l‘Hôpital universitaire de Zurich
Institut de médecin complémentaire IKOM de l’Université de Berne
Centre de médecine intégrative de l‘Hôpital cantonal de Saint-Gall


Question de CTO:
Bonjour,
Ma mère a un cancer du sein au stade terminal. Elle a des métastases osseuses dans tout le corps. Elle a aussi une tumeur cérébrale qui a été traitée par radiothérapie il y environ trois mois. Jusqu’à présent, elle a tout supporté courageusement. Elle reçoit de fortes doses d’analgésiques qui font qu’elle dort énormément. Aujourd’hui, elle a été vraiment méchante avec mon père, ce qui n’était jamais arrivé. Y a-t-il une raison claire et précise qui expliquerait cette réaction? Ou pourrait-il y avoir plusieurs motifs à cela (douleurs, tumeur cérébrale)?
Merci de votre réponse.
Cordiales salutations

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour CTO,
Les tumeurs ou les métastases cérébrales peuvent entraîner des modifications de la personnalité. Le comportement inhabituel que vous avez observé chez votre mère pourrait donc être une conséquence de la maladie.

Les douleurs chroniques, la torpeur engendrée par des analgésiques très forts et une fatigue insurmontable sont épuisants. Votre hypothèse selon laquelle l’explosion à laquelle vous avez assisté pourrait être due à ces divers facteurs est donc tout aussi plausible.

La dépression et le deuil en réaction à la perte de sa propre intégrité physique peuvent également entraîner une instabilité émotionnelle.

Plusieurs facteurs pourraient donc expliquer le comportement inhabituel de votre mère et le rendre plus compréhensible.

Pour les proches, les altérations de la personnalité sont stressantes et extrêmement difficiles à supporter. L’oncologue traitant ou
la ligue contre le cancer de votre canton peuvent vous donner des adresses de psycho-oncologues qui pourraient vous apporter un soutien professionnel.

L’équipe de la ligne InfoCancer (numéro gratuit 0800 11 88 11) est également à votre disposition pour vous conseiller et vous épauler. Vous pouvez nous joindre du lundi au vendredi, de 9 h à 19 h. Nous serions heureuses de discuter avec vous.

Peut-être votre père aimerait-il lui aussi profiter de cette offre? Demandez-vous si vous voulez lui en parler, sans toutefois lui mettre la pression.



Question de MuellDan:
Bonjour,
Ma mère souffre d’un mésothéliome pleural malin. Y a-t-il des médecins spécialisés dans ce cancer et son traitement? Ma mère a déjà eu une vingtaine de séances de chimiothérapie; une opération n’est plus possible. Y a-t-il encore d’autres options, p. ex. une thérapie médicamenteuse ou n’y a-t-il plus d’espoir? Merci de votre réponse!

Réponse de la ligne InfoCancer:
Bonjour MuellDan
Vous vous faites du souci pour votre mère, qui souffre d’un mésothéliome pleural, et vous cherchez des spécialistes qui s’y connaissent dans le traitement de cette grave maladie.
Nous vous conseillons de vous adresser à un hôpital universitaire. Ces centres regroupent des médecins spécialisés dans différents domaines qui se réunissent régulièrement pour des discussions interdisciplinaires de cas. Ces discussions permettent de proposer aux patients une thérapie optimale, conçue en fonction des spécificités de chaque cas.

Revenir à « Équipe InfoCancer »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité