2021 – Alimentation et cancer

admin
Site Admin
Messages : 387
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

2021 – Alimentation et cancer

Messagepar admin » ven. 4 déc. 2020 11:12

Avez-vous des questions au sujet de l’alimentation en cas de cancer?

Du 7 janvier jusqu’au 9 février 2021, Kerstin Zuk, spécialiste alimentation à la Ligue suisse contre le cancer répond à vos questions.
Vous trouvez des informations supplémentaires et le lien pour le formulaire sur la page d’accueil du forum.

Quelques questions et réponses ont été traduites dans une autre langue nationale. Si vous avez des questions complémentaires, veuillez-vous adresser aux conseillères spécialisées de la Ligne InfoCancer, au numéro gratuit 0800 11 88 11, ou par e-mail à helpline@liguecancer.ch.

Les réponses suivantes correspondent à une prise de position générale. Elles ne remplacent pas les conseils personnalisés d’un médecin spécialiste. Les noms de médecins, établissements de traitement et produits ne sont pas cités dans un but publicitaire ni de recommandation. Ils se bornent à indiquer des sources d’information.
D’autres questions et réponses suivront d’ici peu de temps.

Meilleures salutations
Les modératrices

admin
Site Admin
Messages : 387
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Chimiothérapie et jeûne

Messagepar admin » lun. 1 févr. 2021 13:24

Question de Manu
Bonjour
J’ai un cancer du sein et suis actuellement en chimiothérapie. Les jours suivant mes séances, je ne me sens pas bien du tout et ne peux quasiment rien avaler. Une connaissance vient de me conseiller de jeûner avant, pendant ou après la chimiothérapie.
Qu’en pensez-vous ? Est-ce une bonne idée et, si oui, quel est le meilleur moment pour jeûner ? Je précise que les soignants tiennent absolument à ce que je ne perde pas de poids.
Je vous serais très reconnaissante de m’apporter une réponse.
Cordialement
Manu

Réponse de Kerstin Zuk, spécialiste Alimentation à la Ligue suisse contre le cancer
Bonjour Manu
II existe différents modèles de jeûne intermittent, le principe étant de ne rien manger entre 24 et 48 heures avant et jusqu’à 48 heures après la séance de chimiothérapie. Dans certaines variantes, les jus de légumes et les bouillons sont autorisés.
Il a été constaté que le jeûne intermittent peut réduire les effets secondaires potentiels de la chimiothérapie et améliorer le bien-être général. Cependant, les résultats obtenus reposent sur des études menées à petite échelle sur des animaux et sur l’homme, avec un petit nombre de participants. On ignore donc encore quelle devrait être la durée du jeûne (24, 48 ou 72 heures) et sa temporalité exacte par rapport à la chimiothérapie (combien de temps avant et après une séance) pour que celui-ci soit réellement bénéfique.

Si vous souhaitez essayer le jeûne intermittent, vous devriez en discuter avec votre équipe soignante. Il doit en effet impérativement être effectué sous étroite surveillance médicale, car les phases de jeûne peuvent influer sur le dosage et l’efficacité de la chimiothérapie et/ou des médicaments associés. Il y a par ailleurs divers facteurs à prendre en considération : une faible corpulence ou certains paramètres sanguins constituent par exemple des cas où le jeûne intermittent est contre-indiqué.
Votre équipe soignante sera la mieux placée pour déterminer, en concertation avec vous, si le jeûne intermittent pourrait ou non vous convenir.

Il est en tout cas bon que les soignants insistent sur l’importance de conserver un poids aussi stable que possible.
Cordialement

admin
Site Admin
Messages : 387
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

La viande accroît-elle le risque de cancer ?

Messagepar admin » lun. 1 févr. 2021 13:36

Question de Thierry50
Bonjour
Je m’intéresse depuis un certain temps déjà au thème de l’alimentation saine, et notamment à la consommation de viande. Je m’informe sur les deux tendances, en lisant des articles et des études émanant de personnes pro-viande et anti-viande. Selon une étude de Harvard, la consommation quotidienne de viande augmenterait de 18 % le risque de développer un cancer. Quel est l’avis de la Ligue contre le cancer sur ce point ? Et que recommande-t-elle concernant la consommation d’autres produits d’origine animale comme les œufs, le lait, etc. ? Je suis certain que vous comprendrez mes doutes et mon incertitude à ce sujet. Je vous remercie d’avance pour votre réponse.
Cordialement

Réponse de Kerstin Zuk, spécialiste Alimentation à la Ligue suisse contre le cancer
Bonjour
Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à la nutrition et à la prévention du cancer.
Vous avez raison : un régime alimentaire riche en charcuterie et en viande peut augmenter le risque de cancer du côlon en particulier. Les preuves scientifiques existent surtout à propos de la charcuterie.
La viande est une importante source de protéines. Elle contient également des vitamines et des minéraux essentiels, comme la vitamine B12. Les personnes qui le souhaitent peuvent donc manger de la viande en petites quantités.

Sur notre site Internet, nous préconisons, conformément à la pyramide alimentaire suisse, de consommer une portion par jour d’un aliment riche en protéines comme la viande, le poisson, les œufs, les légumineuses ou le tofu. Et nous donnons comme conseil d’alterner quotidiennement les sources de protéines.
Dans la même catégorie d’aliments, nous conseillons également 3 portions par jour de produits laitiers pour compléter l’apport en protéines. Cette recommandation quantitative porte exclusivement sur le lait et les produits laitiers tels que le fromage, le yogourt, le séré, etc.

Dans la rubrique
«Facteurs de risques» , nous revenons sur le thème de la viande et du risque de cancer: il convient de limiter sa consommation de viande et de renoncer autant que possible à la charcuterie. Nous recommandons, concrètement, de consommer de la viande deux à trois fois par semaine au maximum et de laisser la part belle aux aliments d’origine végétale dans nos assiettes.
Je vous remercie de nous avoir posé cette question et vous souhaite une bonne santé.

admin
Site Admin
Messages : 387
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Surcharge pondérale et cancer

Messagepar admin » jeu. 4 févr. 2021 15:32

Question de Lena
Bonjour
J’ai la chance de ne pas avoir de cancer. Mais je ne cesse d’entendre autour de moi qu’« on est ce que l’on mange » et que le surpoids peut augmenter le risque de développer un cancer. Personnellement, j’ai toujours été corpulente. Je le vis très bien, je fais beaucoup d’exercice et d’activités sportives et j’ai une alimentation saine. Mais je prends beaucoup de plaisir à manger. Et quand j’entends ou lis ce qui se dit sur le lien entre surpoids et cancer, je ne peux m’empêcher de me demander si je ne m’en voudrais pas si on me diagnostiquait un jour un cancer.
Qu’en pensez-vous ? Merci d’avance pour votre réponse
Cordialement
Lena


Réponse de Kerstin Zuk, spécialiste Alimentation à la Ligue suisse contre le cancer
Bonjour Lena
C’est formidable que vous preniez soin de votre santé en faisant beaucoup d’exercice et en mangeant sainement.
Vous craignez que le surpoids puisse provoquer un cancer. Sachez que l’apparition d’un cancer ne peut en aucun cas être imputée à une seule et unique cause. Les facteurs de risque sont nombreux, et la surcharge pondérale n’est qu’un élément parmi d’autres comme le tabagisme, le manque d’activité physique, les polluants atmosphériques, les rayons UV ou encore une alimentation malsaine.

Il est important de relativiser le facteur du surpoids. Une personne ayant un indice de masse corporelle (IMC) de 27, qui fait beaucoup d’exercice et prend soin de son corps en consommant des produits à base de céréales complètes, des vitamines et des bonnes graisses peut être en meilleure forme qu’une personne ayant un IMC de 19 qui passe ses journées assise, boit régulièrement de l’alcool et se nourrit principalement de plats préparés.

Par ailleurs, les gènes, l’âge et le sexe jouent également un rôle dans le développement du cancer.
Personne n’est donc totalement à l’abri de cette maladie. Mais vous pouvez faire beaucoup pour votre santé.

L’important est d’adopter un mode de vie sain sur le long terme. En pratiquant des activités sportives et en ayant une alimentation équilibrée, vous mettez déjà toutes les chances de votre côté. Vous trouverez davantage d’informations sur les composantes d’un mode de vie sain sur le site Internet de la Ligue suisse contre le cancer, dans les rubriques
Prévention et dépistage et Facteurs de risque .
Je vous souhaite bonne chance et bonne santé.

admin
Site Admin
Messages : 387
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Interaction Femara et alcool

Messagepar admin » mer. 10 févr. 2021 18:33

Question de Bridget
Bonjour,
Est ce que je peux boire du vin le week-end si je bois seulement de l'eau la semaine ? Je suis sous Femara depuis 3 ans. Merci

Réponse de: Kerstin Zuk, spécialiste Alimentation à la Ligue suisse contre le cancer
Bonjour Bridget,
Après m’être renseignée auprès d’une experte du cancer du sein, je suis en mesure de vous affirmer que l’alcool n’interagit pas avec le Femara.

Les boissons alcoolisées doivent être consommées avec modération. Sur notre site Internet, nous recommandons de ne pas boire d’alcool, ou très peu, car une consommation régulière, par exemple quotidienne, augmente le risque de développer un cancer. Mais vous pouvez tout à fait vous accorder occasionnellement une bière ou un verre de vin ou de mousseux.

Vous avez tout à fait raison d’étancher votre soif avec de l’eau. Vous aurez ainsi plaisir à déguster un verre de vin le week-end.
Cordialement

admin
Site Admin
Messages : 387
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Régime cétogène contre le cancer ?

Messagepar admin » mer. 10 févr. 2021 19:01

Question de Martina
Bonjour,
Quelques semaines à peine après le diagnostic de cancer, il m’a été conseillé de changer mes habitudes alimentaires et de suivre un régime cétogène. Mais il s’agit d’un régime extrêmement strict et ciblé.
Approuvez-vous cette recommandation ?
Comment, à votre avis, avoir une alimentation équilibrée sans sacrifier le plaisir de manger ? Le cancer est déjà une punition suffisante en soi.
Merci pour votre réponse

Réponse de Kerstin Zuk, spécialiste Alimentation à la Ligue suisse contre le cancer
Bonjour,
Le régime cétogène est effectivement très strict et peu varié. Consommer moins de 70 g de glucides par jour constitue un changement radical d’habitudes alimentaires et implique de sévères restrictions.

Dans la littérature et sur de nombreuses plateformes Internet, le régime cétogène est présenté comme un moyen d’affamer le cancer et, ainsi, de le guérir, ce qui suscite des espoirs irréalistes. La théorie selon laquelle un régime cétogène pourrait permettre de vaincre cette maladie ou, du moins, d’améliorer l’efficacité des traitements oncologiques est jusqu’à présent dénuée de tout fondement scientifique (études sur l’homme).
Selon l’état actuel des données, ni un régime cétogène ni un régime pauvre en glucides ne sauraient être recommandés comme thérapie complémentaire contre le cancer.

A l’inverse, un régime alimentaire riche en graisses et en protéines joue un rôle important : en effet, de nombreuses personnes atteintes d’un cancer perdent du poids et de la masse musculaire en raison d’une altération de leur métabolisme. Pendant cette période, les patients on en réalité un besoin accru en protéines et calories. Il est prouvé qu’un bon apport nutritif permet généralement d’atténuer les effets secondaires et de mieux tolérer la thérapie. Lorsque la maladie entraîne une perte de poids et un affaiblissement non souhaités, il convient donc de suivre un régime riche en protéines et en graisses, en aucun cas un régime cétogène. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet sur la page
alimentation.liguecancer.ch .

Tant qu’elle se porte aussi « bien » que possible au vu des circonstances et qu’elle conserve un poids stable, une personne atteinte d’un cancer peut se nourrir de manière équilibrée. Vous trouverez sur notre
site Interne des informations sur la manière d’adopter une alimentation équilibrée. Vous pouvez également commander notre brochure « Une alimentation équilibrée » .

Je vous souhaite le meilleur et beaucoup de courage.

admin
Site Admin
Messages : 387
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Lait A2-Urmilch, alimentation saine et cancer

Messagepar admin » lun. 22 févr. 2021 15:47

Question de Fabiola :
Bonjour,
Quelles sont les « vertus » (faible teneur en hormones ou en antibiotiques) du lait A2-Urmilch pour réduire le risque de cancer ?
Merci pour votre réponse

Réponse de Kerstin Zuk, spécialiste Alimentation à la Ligue suisse contre le cancer
Bonjour Fabiola,
Le lait A2, aussi appelé lait A2-Urmilch, ne se caractérise pas par sa teneur en hormones ou en antibiotiques (qui dépend de l’élevage), mais par sa structure protéique.

Le lait A2 présente une variante de bêta-caséine qui contient dans sa chaîne d’acides aminés de la proline à la place de l’histidine. La dégradation de la proline dans l’intestin produit une molécule protéique spéciale censée être plus facile à digérer.
On entend parfois dire que la bêta-caséine A2 diminue le risque de développer des maladies chroniques telles que le diabète de type 1, les maladies cardiovasculaires et les affections neurologiques.
Cette théorie est cependant dénuée de tout fondement scientifique. A ce jour, aucune étude n’indique que la consommation de lait A2 réduirait le risque de cancer.

A l’inverse, aucune étude probante n’indique que le lait de vache traditionnel, à savoir le lait A1, pourrait augmenter le risque de cancer en étant consommé avec modération. Les quantités de lait recommandées dans la
pyramide alimentaire sont considérées comme sûres.

En fin de compte, un seul aliment peut difficilement être à l’origine d’un cancer. Ce sont les habitudes alimentaires et le mode de vie dans leur ensemble qui jouent un rôle. Il est donc conseillé d’avoir une consommation modérée de lait et, parallèlement, de manger beaucoup de fruits, de légumes, de produits à base de céréales complètes et de bonnes graisses, en veillant à ne pas boire d’alcool, ou très peu. Une alimentation saine doit être diversifiée et variée.
Cordialement

admin
Site Admin
Messages : 387
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Que puis-je encore manger et boire avec un cancer de l’œsophage ?

Messagepar admin » mar. 23 févr. 2021 13:47

Question de Kira
Bonjour. Mon mari, atteint d’un cancer de l’œsophage, a dû subir une opération et je me pose à présent beaucoup de questions sur les aliments et boissons adaptés dans son cas. Par exemple : peut-il consommer des boissons gazeuses ? Hormis la purée et la soupe, quels sont les autres plats que je pourrais cuisiner pour lui ? A-t-il le droit de manger des fruits ?

Réponse de Kerstin Zuk, spécialiste Alimentation à la Ligue suisse contre le cancer
Si votre marie souffre de douleurs au niveau de la gorge et de difficultés de déglutition, il s’agit de privilégier en premier lieu les aliments mous, coupés en petits morceaux et si possible écrasés ou réduits en purée. Adaptez la taille des morceaux et la consistance de vos plats en fonction de l’état de santé de votre mari après l’opération, des traitements éventuels à venir (p. ex. radiothérapie) et de sa capacité à avaler.

Du côté des mets salés, les soupes et la purée de pommes de terre comptent au nombre des aliments classiques recommandés. Vous pouvez ajouter un peu de variété dans vos préparations en utilisant différents légumes : céleri, petits pois, betterave, carottes, patates douces, etc. Vous pouvez jouer également sur la consistance : de temps en temps, écrasez simplement les légumes à la fourchette au lieu de les mixer. Peut-être que votre mari peut aussi encore manger des œufs brouillés, du poisson tendre ou de la viande hachée...
Pour ce qui est des mets sucrés, de nombreuses possibilités s’offrent également à vous : flan de semoule, pudding, yaourt, crème au séré, tiramisu, glace, etc. Vous pouvez également préparer des milk-shakes, enrichis de crème ou de yaourt à la grecque, et y ajouter éventuellement des fruits, si ceux-ci ne sont pas trop acides et ne risquent pas de réveiller des douleurs au niveau de la gorge.

Pour vous répondre au sujet des fruits : la question peut en effet se poser en présence d’une inflammation des muqueuses buccales. Il conviendra alors d’éliminer totalement du régime alimentaire les fruits acides mais aussi tous les autres aliments contenant des composés acides comme les tomates, le vinaigre, les boissons gazeuses, etc. - ou du moins d’en réduire la consommation.
Les bananes, les poires, les melons, les fraises, mais aussi les mangues bien mûres, les pêches et les myrtilles sont généralement relativement bien tolérés. Là encore, il faudra prendre des précautions et s’assurer que ces fruits ne provoquent pas d’effets indésirables ou douloureux.

Vous devrez en réalité expérimenter par vous-même ce qui est bon pour votre mari et repérer les aliments qu’il peut manger et sous quelle forme. Rien n’est figé et, selon la phase du traitement, les mêmes aliments peuvent être plus ou moins bien tolérés.
Si votre mari, du fait de difficultés de déglutition, ne peut plus se sustenter correctement et emmagasine donc moins d’énergie, il devra s’adresser à son équipe soignante, afin que celle-ci tente de remonter aux causes du problème et lui propose une solution.
Meilleures salutations

admin
Site Admin
Messages : 387
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Ballonnements en lien avec une chimiothérapie

Messagepar admin » mar. 23 févr. 2021 14:05

Question de Andi
Je suis actuellement un traitement par chimiothérapie (pour un cancer de la prostate). Que puis-je cuisiner qui ne provoque pas trop de ballonnements ? Je ressens en effet une forte pression en haut du ventre, accompagnée de gaz intestinaux... Par avance, merci pour vos conseils.

Réponse de Kerstin Zuk, spécialiste Alimentation à la Ligue suisse contre le cancer
Si vous souffrez de flatulences excessives, il vous faut en premier lieu réduire ou éliminer les aliments susceptibles de provoquer ces gaz intestinaux : les légumineuses, les choux, les oignons, l’ail, les poireaux, les piments, les champignons et les céréales complètes.
Il est toutefois également possible que vos intestins, affaiblis par le traitement, n’assimilent plus très bien les aliments riches en amidon comme les pommes de terre ou les bananes. Certaines personnes sous chimiothérapie développent parfois une intolérance au lactose (présent dans le lait, le fromage blanc, les yaourts) et/ou au fructose (présent dans les fruits et les jus de fruits). Si vous constatez que ces aliments sont à l’origine de vos ennuis, évitez-les ou remplacez-les par des produits sans lactose ou à faible teneur en fructose.

Les (in)tolérances alimentaires sont un peu plus faciles à repérer lorsque le repas ne se compose pas d’une trop grande diversité d’ingrédients. Tenir un journal alimentaire peut également s’avérer utile pour détecter la cause probable de vos maux.
Certaines personnes concernées par ce problème ont noté que le fait de manger lentement ou de prendre plusieurs petites collations réduisait les désagréments ressentis. L’air ingéré en mangeant, mais aussi les gaz contenus dans les boissons pétillantes, peuvent générer des douleurs intestinales. Voyez si ces effets indésirables s’atténuent lorsque vous consommez des boissons non gazeuses.

Ainsi, il existe différentes manières d’éviter les ballonnements. Si la thérapie est à l’origine de vos maux, les ballonnements et la pression douloureuse que vous ressentez au niveau du ventre ne risquent guère de s’estomper par la modification de votre alimentation. Si vous ne pouvez déceler de rapprochement pertinent, réintégrez les aliments supprimés à vos menus.
Cuisinez ce qui vous fait envie et vous met en appétit. Pendant la période difficile et éprouvante que vous traversez, la confection des repas ne doit pas constituer une source de tracas supplémentaire et il est important que vous continuiez à prendre plaisir à manger.
J’espère que ces informations vous auront été utiles.


Revenir à « Alimentation et cancer »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité