Intimité, sexualité et cancer

admin
Site Admin
Messages : 328
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Intimité, sexualité et cancer

Messagepar admin » mar. 19 mai 2020 14:28

Question à la Ligne InfoCancer
« J’entame une chimiothérapie la semaine prochaine. Par mesure de précaution, ma femme et moi devrions-nous renoncer à la tendresse et aux rapports sexuels ? »

Réponse de Lilian Rey, conseillère spécialisée à la Ligne InfoCancer
Vous avez tout à fait raison de vous poser ces questions importantes et de réfléchir à votre sécurité.
Je tiens tout d’abord à vous rassurer : vous n’avez nul besoin de renoncer à votre vie de couple, bien au contraire. En effet, l’intimité et la tendresse représentent une source importante de bonheur et de confiance, en particulier lorsque nous faisons face à des défis de taille. De plus, dans la littérature scientifique, rien n’indique que, dans le cadre des contacts sociaux habituels, les proches de la personne malade courent un danger pendant ou après la chimiothérapie. Les câlins et embrassades avec les enfants et les adultes ne posent donc aucun problème.

Par contre, il faut absolument utiliser un préservatif en cas de rapports sexuels, qu’ils soient vaginaux, oraux ou anaux. En effet, les médicaments utilisés lors d’un cancer, nommés cytostatiques, et leurs produits de dégradation, sont principalement éliminés par l’urine et les selles. Des traces se retrouvent aussi dans d’autres fluides corporels tels que la salive, les larmes, le sperme et les secrétions vaginales. Pour qu’aucune substance médicamenteuse ne soit transmise au ou à la partenaire, il faut recourir à un préservatif au moins pendant les 48 heures suivant la séance de chimiothérapie. Cela représente également une barrière contre les infections. La concentration en principes actifs est au plus haut dans les 48 heures suivant la séance de chimiothérapie, puis diminue de plus en plus. Après une semaine, on peut partir du principe que le corps a entièrement éliminé les médicaments et que les fluides et secrétions n’en présentent plus aucune trace.

La chimiothérapie peut nuire au sperme et aux ovules, entraînant de graves malformations fœtales. Il est donc très important de ne pas négliger la contraception, en plus du préservatif. Si vous souhaitez un enfant malgré la maladie, il est capital d’en parler à votre médecin AVANT le début de votre chimiothérapie. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet sur le site Internet de la Ligue contre le cancer : Désir d’enfant malgré un cancer.

Chez certaines personnes, la maladie et le traitement entraînent une modification des besoins et souhaits en matière de sensualité. Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas à vous adresser à un ou une expert-e dans le cadre de l’offre Questions aux experts : cancer et sexualité 2020 du Forum Cancer (jusqu’au 7 juin).
Pour de plus amples informations : brochures «Cancer et sexualité au féminin» et «Cancer et sexualité au masculin».

Source : https://www.krebsinformationsdienst.de/fachkreise/nachrichten/2018/fk04-umgang-chemotherapie-ausscheidung.php

Revenir à « La Ligne InfoCancer informe »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité