Sucre et cancer: une liaison dangereuse?

admin
Site Admin
Messages : 539
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Sucre et cancer: une liaison dangereuse?

Messagepar admin » mar. 10 janv. 2023 11:13

Question d’une personne en quête de conseils : « J’ai entendu dire qu’arrêter de manger du sucre permettait de se débarrasser des cellules cancéreuses en les affamant. Est-ce exact ? »

La réponse de notre conseillère spécialisée : « Quels effets aurait sur vous une réponse affirmative de ma part ? »

Personne en quête de conseils : « J’aurais l’impression de mieux maîtriser les choses et cela me donnerait envie de me battre. Sous l’effet de la colère, je ressentirais moins d’impuissance face à la maladie. Je croirais à nouveau en mon pouvoir d’agir contre elle. Il suffirait de faire preuve d’autodiscipline et de renoncer au sucre. Je m’imagine la tumeur comme un grand prédateur enfermé dans un zoo que je dirige. J’arrêterais de nourrir l’animal et le regarderais s’affaiblir chaque jour jusqu’à ce qu’il crève. »

Conseillère spécialisée : « Votre besoin d’autodétermination et de contrôle de votre vie a été sérieusement malmené par le cancer. Vous cherchez à sortir de cette situation et souhaitez prendre vous-même les choses en main. Et, si je répondais clairement à votre question par la négative, quels effets cela aurait-il sur vous ? »

Personne en quête de conseils : « Un sentiment d’impuissance, l’impression de ne rien pouvoir changer à la situation. Et en même temps, je ressentirais un certain soulagement en me disant que je peux parfois m’octroyer un petit plaisir sucré, sans pour autant avoir mauvaise conscience. J’admettrais l’idée que ma maladie n’est pas liée à une consommation excessive de sucre dans le passé et je cesserais de me faire des reproches à ce sujet. »

De nombreuses personnes touchées par le cancer nous rapportent qu’elles perdent pied à partir du moment où le diagnostic de la maladie est établi. Dans ces circonstances très déstabilisantes, des consignes alimentaires claires peuvent redonner un certain cadre à la personne malade. Beaucoup d’individus compensent le stress par la nourriture. Le diagnostic de cancer, les traitements et les rendez-vous ultérieurs de contrôle génèrent chez la plupart des personnes touchées par la maladie un stress permanent. La nourriture, à l’inverse, a pour beaucoup une dimension rassurante. Le cancer est perçu par la majorité des individus concernés comme une menace pour leur vie, ce qui accroît leur besoin de protection, d’équilibre et de sécurité. Pour certains, ce besoin s’exprimera dans la recherche d’un nouveau régime alimentaire.

Au fil de mes années d’expérience en tant que conseillère, j’ai pu constater que la recherche d’un régime efficace faisait partie des stratégies d’adaptation auxquelles sont susceptibles de recourir les personnes touchées par le cancer. En premier lieu, il convient de saluer toute tentative personnelle d’apporter une réponse à cette situation difficile – et ce, même si l’efficacité de la solution envisagée sur l’évolution de la maladie n’a jamais été scientifiquement avérée. Vouloir rectifier trop précipitamment certaines croyances des patients reste généralement sans effet. Les personnes en quête de conseils ne sont pas prêtes à absorber tout de suite des informations fondées et vouloir les leur transmettre risque de générer des résistances, du scepticisme et de la frustration. À l’inverse, si la personne se sent immédiatement bienvenue, accueillie et comprise, elle sera davantage disposée à entendre des faits objectifs.

Conseillère spécialisée : « La surcharge pondérale est un facteur de risque avéré pour certains cancers. Le surpoids génère en effet une surproduction d’hormones, laquelle favorise à son tour les processus inflammatoires et s’accompagne fréquemment d’un taux d’insuline durablement élevé. La consommation récurrente de sucre ou boissons sucrées en trop grande quantité accroît le risque de surcharge pondérale et donc de maladie cancéreuse. Cela ne signifie pas pour autant que le sucre soit un facteur de risque direct et provoque le cancer. On sait par ailleurs aujourd’hui que la consommation excessive de sucre n’est pas l’unique cause de la prise de poids. Celle-ci survient, lorsque le corps reçoit sur une longue période davantage d’énergie (calories) qu’il n’en dépense. Le surpoids peut être provoqué par une alimentation trop riche en glucides mais aussi par la consommation excessive de mets à forte teneur lipidique.

Une maladie cancéreuse ne peut être guérie par l’alimentation. Les recommandations nutritionnelles pour les patients atteints d’un cancer sont donc les mêmes que pour les personnes saines. Exception : lorsque les personnes touchées par la maladie souffrent de maux induits par la tumeur ou d’effets secondaires des traitements, lesquels se manifestent par exemple par une inflammation des muqueuses, des difficultés à mastiquer ou déglutir, une grande fatigue, des troubles olfactifs et gustatifs ou des nausées. Ces conséquences de la maladie peuvent entraîner une perte d’appétit et une réduction des prises alimentaires. En cas de perte pondérale et fonte musculaire inquiétantes, associées à des difficultés à se nourrir, il conviendra d’ajuster le régime alimentaire sous l’accompagnement d’un professionnel. »

A la fin d’un entretien axé sur le cancer et l’alimentation, il peut être judicieux de proposer des prestations de conseil proactives. En effet, discuter régulièrement avec les conseillères de la Ligne InfoCancer ou sur le chat peut aider les personnes qui se sentent vulnérables et livrées à elles-mêmes à trouver équilibre et sécurité.

Revenir à « Récemment à la Ligne InfoCancer »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité