2022 – Radiothérapie en cas de cancer

admin
Site Admin
Messages : 453
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

2022 – Radiothérapie en cas de cancer

Messagepar admin » mer. 5 janv. 2022 16:19

Jusqu’à fin février 2022, nos deux expert-e-s vous répondent par écrit à vos questions dans le forum:
  • Dr méd. Markus Notter, spécialiste en radio-oncologie, Hôpital Lindenhof Berne
  • Fabiola In-Albon, infirmière diplômée ES, formation supérieure en oncologie, clinique universitaire de radio-oncologie de l'Hôpital de l'Île Berne
Vous trouvez des informations supplémentaires et le lien pour le formulaire sur la page d’accueil du forum.

Quelques questions et réponses ont été traduites dans une autre langue nationale. Si vous avez des questions complémentaires, veuillez-vous adresser aux conseillères spécialisées de la Ligne InfoCancer, au numéro gratuit 0800 11 88 11, ou par e-mail à helpline@liguecancer.ch.

Les réponses suivantes correspondent à une prise de position générale. Elles ne remplacent pas les conseils personnalisés d’un médecin spécialiste. Les noms de médecins, établissements de traitement et produits ne sont pas cités dans un but publicitaire ni de recommandation. Ils se bornent à indiquer des sources d’information.

Meilleures salutations
Les modératrices

admin
Site Admin
Messages : 453
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Hyperthermie ou radiothérapie ?

Messagepar admin » lun. 24 janv. 2022 16:03

Question d’Andrea
Bonjour Monsieur Notter,
Je suis atteinte d’un cancer du sein; j’ai subi une seule opération et quatre cycles de chimiothérapie. Je dois maintenant encore faire une radiothérapie. J’ai entendu dire que vous pratiquiez l’hyperthermie. Pouvez-vous m’expliquer en quoi cela consiste exactement et si je peux faire de l’hyperthermie au lieu d’une radiothérapie ?
Merci de votre réponse. Avec mes cordiales salutations
Andrea

Réponse du Dr Markus Notter, spécialiste en radio-oncologie
Bonjour Andrea,
L’hyperthermie consiste à chauffer fortement la tumeur. La température naturelle du corps humain est de 37°C. L’hyperthermie consiste à augmenter de manière contrôlée la température d’une région spécifique ou de l’ensemble du corps jusqu’à atteindre une température de 39°C à 43°C. On sait aujourd’hui que les cellules cancéreuses sont plus sensibles à la chaleur que les cellules saines. L’hyperthermie peut favoriser la mort des cellules cancéreuses et inhiber les mécanismes de réparation des cellules tumorales tout en activant la circulation sanguine dans la tumeur, ce qui permet d’augmenter l’efficacité d’une radiothérapie ou d’une chimiothérapie effectuée simultanément.
C’est pourquoi l’hyperthermie est utilisée de préférence en combinaison avec une radiothérapie et/ou une chimiothérapie. Elle ne peut malheureusement pas atteindre seule l’effet souhaité. La combinaison hyperthermie – radiothérapie devient intéressante lorsque les doses de rayons disponibles sont restreintes, que ce soit parce que des rayons ont déjà été utilisés, parce que l’environnement et les organes sains ne permettent pas une irradiation à haute dose, ou encore parce que l’on considère que la tumeur est peu ou pas sensible aux rayons. Des considérations analogues s’appliquent à la combinaison chimiothérapie – hyperthermie.

D’un point de vue technique, on peut faire la distinction entre l’hyperthermie du corps entier et l’hyperthermie locale. L’hyperthermie locale est à son tour scindée entre l’hyperthermie de surface et l’hyperthermie profonde.
L’hyperthermie du corps entier est relativement éprouvante. Elle a pour objectif d’atteindre 39°C à 40°C maximum et, avec une chimiothérapie parallèle, d’influencer et de détruire les métastases dans le corps.
L’hyperthermie de surface permet de traiter de manière ciblée des tumeurs et/ou des métastases juste sous la peau, par exemple lorsqu’un cancer du sein se développe à nouveau localement après une opération, une chimiothérapie, une radiothérapie et un traitement hormonal. L’évolution de ces récidives peut être très difficile à influencer et, dans ce cas, l’hyperthermie combinée à une nouvelle radiothérapie à faible dose a fait ses preuves. D’autres tumeurs superficielles, comme les mélanomes, peuvent également être traitées avec succès grâce à cette combinaison.
L’hyperthermie profonde permet de traiter des tumeurs situées en profondeur dans le corps, par exemple le cancer de la vessie, de la prostate ou du col de l’utérus. Ici aussi, on l’associe toujours à la radiothérapie et/ou à la chimiothérapie.
En règle générale, le traitement se déroule 1 à 2 fois par semaine sur une période de 3 à 6 semaines. En Suisse, les indications potentielles de traitement sont discutées par le tumorboard du SHN
(swiss hyperthermia network) , garantissant ainsi des traitements de qualité dans des centres de soins reconnus.

Dans votre situation, je ne recommanderais pas la combinaison hyperthermie – radiothérapie ; la radiothérapie localisée qui vous est proposée offrant déjà de très bonnes perspectives. Une hyperthermie supplémentaire ne vous apporterait guère de bénéfice additionnel.


Revenir à « Radiothérapie en cas de cancer »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité