Cancer et travail 2017 - le retour au travail

admin
Site Admin
Messages : 328
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Cancer et travail 2017 - le retour au travail

Messagepar admin » jeu. 10 août 2017 10:17

Les spécialistes «Cancer & Travail» de la Ligue suisse contre le cancer, Mme Cristina Blanco et Mme Erika Karlen-Oszlai se tiennent à votre disposition.

Vous trouvez des informations supplémentaires et le lien pour le formulaire sur
la page d’accueil du forum.

Ces réponses correspondent à une prise de position générale. Elles ne remplacent pas les conseils personnalisés d’un médecin spécialiste. Les noms de médecins, établissements de traitement et produits ne sont pas cités dans un but publicitaire ni de recommandation. Ils se bornent à indiquer des sources d’information.

Quelques questions et réponses ont été traduites dans une autre langue nationale. Si vous avez des questions complémentaires, veuillez-vous adresser aux conseillères spécialisées de la Ligne InfoCancer, au numéro gratuit 0800 11 88 11, ou par e-mail à helpline@krebsliga.ch.

D’autres questions et réponses suivront d’ici peu de temps.

Meilleures salutations

Les modératrices

admin
Site Admin
Messages : 328
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Re: Cancer et travail 2017 - le retour au travail

Messagepar admin » lun. 18 sept. 2017 14:27

Question posée par Marina
Ma patronne m’a licenciée parce qu’elle pense que mes performances au travail vont baisser à la suite de mon cancer. Elle me propose de passer du plein temps à 60%. Je lui ai répondu que je souhaitais retrouver mon poste à plein temps mais que j’étais d’accord de travailler à 80% le temps ma physiothérapie se termine. Finalement, ma patronne m’a tout de même licenciée. Pour beaucoup d’employeurs, nous restons malades et diminués toute notre vie et devons nous adresser à l’AI.

Réponse d’Erika Karlen
Chère Marina,

Merci de nous avoir fait part de votre expérience. Nous sommes désolés d’apprendre votre licenciement. Malheureusement, les employeurs sont souvent mal informés sur les suites d’une maladie cancéreuse. Et ils ne savent pas non plus qu’il est tout à fait possible de continuer à travailler pendant et après la maladie. Dans de nombreux cas, il est recommandé de reprendre d’abord l’activité à temps partiel puis d’augmenter très progressivement la capacité de travail. Nous savons par expérience qu’un retour à la vie professionnelle a plus de chances de réussir lorsqu’il est accompagné par des personnes spécialisées qui, avec les intéressés et les employeurs, construisent ensemble la réintégration.

Un conseil/accompagnement par la
Ligue cantonale ou régionale peut à tout moment s’avérer très utile.
Le rôle de l’AI ne se résume pas à verser des rentes. Elle propose également une aide concrète à la réinsertion professionnelle. Il est donc conseillé – y compris après un licenciement – de déposer une demande à l’office AI du canton de domicile.
De leur côté, les employeurs peuvent, pour une première information, contacter le
« Coaching téléphonique pour employeurs » en composant le : 0848 114 118.

Nous vous souhaitons bonne chance et bonne continuation.

admin
Site Admin
Messages : 328
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Re: Cancer et travail 2017 - le retour au travail

Messagepar admin » lun. 18 sept. 2017 14:31

Question de Sabine (depuis le Tessin)
Bonjour, j’ai terminé mon traitement contre le cancer du sein il y a maintenant un an. J’envisage une reconversion professionnelle, mais je me pose des questions. Comment faire? Quel métier choisir?

Réponse de Cornelia Orelli et Cristina Blanco
Une reconversion professionnelle pour réintégrer le marché du travail après une maladie oncologique nécessite les conseils et le soutien de personnes qualifiées. Je vous recommande donc de vous adresser au service social de la Ligue tessinoise contre le cancer au 091 820 64 40.

L’assistante sociale du canton récoltera les informations nécessaires pour un conseil personnalisé. Elle vous orientera vers un spécialiste de l’insertion socioprofessionnelle, le cas échéant.

admin
Site Admin
Messages : 328
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Re: Cancer et travail 2017 - le retour au travail

Messagepar admin » lun. 18 sept. 2017 15:45

Question de CPLeu :
Bonjour, il y a environ 2 ans, j’ai souffert d’une leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), mais je n’ai pas été greffée, car la chimiothérapie (Hyper-CVAD) a permis une rémission complète. Je cherche des femmes âgées d’une cinquantaine d’années dont le parcours clinique ressemble au mien, notamment pour échanger des expériences sur la reprise d’un travail qui exige une formation supérieure. J’aimerais savoir si des spécialistes ont eu vent de situations comparables et, si c’est le cas, comment s’est passé le retour au travail. J’aimerais aussi connaître l’évolution, au fil du temps, des effets indésirables des médicaments qui m’ont sauvé la vie. Les réponses en allemand, français et italien sont les bienvenues. Merci pour votre attention.

Réponse de Cornelia Orelli et Cristina Blanco
Bonjour,
L’évolution dans le temps des effets indésirables du protocole Hyper-CVAD est individuelle. Vous trouverez ci-dessous des informations à ce propos : http://www.macmillan.org.uk/cancerinfor ... -cvad.aspx
Vous soulevez une question que la Ligue contre le cancer prend très à cœur: la maladie oncologique au travail. Pour un accompagnement, vous pouvez vous adresser au service social de la
Ligue dans votre région.
Nous devons souvent faire face à ce genre de situations, mais il nous est impossible de proposer une description du retour au travail valable pour tous. Chaque cas est unique. Plusieurs facteurs influencent la reprise: le type de cancer, le traitement, la profession, la qualité des rapports avec l’employeur. Chaque personne concernée par la maladie vit le retour au travail à sa façon en fonction des circonstances particulières. Certaines reprises sont donc plus difficiles que d’autres.
De nombreux patients en oncologie continuent à travailler durant leur traitement ou recommencent à travailler après le traitement aigu. La possibilité de continuer à travailler ou de reprendre une activité professionnelle influence positivement la qualité de vie d’une personne atteinte de cancer. De nombreux malades racontent que le travail est essentiel pour eux. Le travail est à leurs yeux synonyme de normalité, routine, stabilité, intégration sociale, sécurité financière, estime de soi et reconnaissance sociale.
Le traitement de la leucémie aiguë lymphoblastique peut, comme dans votre cas, permettre d’obtenir une rémission complète, mais comporte aussi des troubles concomitants et des effets tardifs qui réduisent les capacités physiques et psychiques des patients et compromettent un retour normal au travail.
Pour vous aider, il est utile que votre employeur connaisse les effets secondaires de votre maladie et des traitements que vous avez suivis, surtout ceux qui réduisent vos capacités professionnelles. Quels sont-ils dans votre cas?

Les traitements oncologiques sont souvent très lourds. Ils peuvent comporter des effets secondaires de type émotionnel ou psychique tels qu’irritabilité, anxiété, dépression, pertes de mémoire, difficultés de concentration, instabilité émotionnelle. Ces effets secondaires ne sont pas visibles immédiatement, mais ils entravent le retour normal au travail. Avez-vous la sensation que votre corps et votre esprit ne fonctionnent plus comme avant? Craignez-vous de ne plus être à la hauteur du rôle professionnel qui était le vôtre avant de tomber malade? Souhaiteriez-vous quand même recommencer à travailler le plus tôt possible? Essayez d’en parler à votre employeur. Évaluez ensemble les mesures énumérées ci-dessous qui visent à faciliter le retour au travail :

  • Limiter le nombre d’heures travaillées en les adaptant progressivement à votre état psychophysique.
    Assurer de nouvelles tâches temporairement ou de façon permanente en fonction des conséquences de la maladie et des effets indésirables des traitements.
    Adapter votre poste de travail à d’éventuels handicaps. L’intervention d’un ergothérapeute sur votre lieu de travail vous aidera à retrouver la plus grande autonomie possible. L’assurance invalidité (AI) ou l'infirmière spécialisée en réadaptation de la Ligue contre le cancer se chargera de contacter les professionnels concernés.
    Introduire des horaires de travail souples pour vous permettre de concilier le travail avec les consultations médicales, les contrôles et d’éventuels soins ambulatoires.
    À ce propos, j’aimerais vous signaler la possibilité d’une reprise thérapeutique: vous restez en arrêt-maladie à 100 %, mais recommencez à travailler le nombre d’heures que vous avez la force d’accomplir en choisissant les tâches que vous arrivez à mener à bien, sans la pression du rendement, puisque vous n’êtes pas rémunérée par votre employeur, mais recevez une allocation pour perte de gain.
    Si vous êtes d’accord, informer les collaborateurs – par votre biais ou par celui de votre employeur – renforcera la cohésion et la solidarité au sein de l’équipe.

Votre employeur est en revanche tenu d’observer la confidentialité la plus stricte si vous ne souhaitez pas que vos collègues sachent pourquoi vous vous absentez.

admin
Site Admin
Messages : 328
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Re: Cancer et travail 2017 - le retour au travail

Messagepar admin » lun. 2 oct. 2017 14:03

Question de Sene L.
Ma collègue souffre d’un cancer. Au sein de l’équipe, nous nous demandons si nous pouvons prendre de ses nouvelles et à quelle fréquence ? Elle suit actuellement une radiothérapie et est souvent fatiguée. Merci de votre réponse. Sene L.

Réponse d’Erika Karlen
Chère Sene L.,
D’abord bravo pour votre engagement et votre sollicitude envers votre collègue, ainsi que pour le soutien de toute l’équipe.
D’expérience, il est conseillé de discuter ouvertement avec la personne malade de la façon et de la fréquence des contacts. Cela peut aussi évoluer au fur et à mesure du traitement. Je vous recommande également de définir avec elle la personne habilitée à prendre de ses nouvelles. Il se peut aussi que votre collègue ne souhaite aucun contact. Un choix qu’il faut accepter. Autre possibilité : être tenu au courant par un membre de la famille ou une personne de confiance.
Ce qui importe, c’est que vous montriez à votre collègue qu’elle est importante pour vous et l’équipe et que vous clarifiez avec elle, autant que possible, ses souhaits et possibilités.

Bon courage à vous.

admin
Site Admin
Messages : 328
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Re: Cancer et travail 2017 - le retour au travail

Messagepar admin » lun. 2 oct. 2017 14:05

Question de Robespierre
Bonjour. La semaine dernière, un cancer du testicule a été diagnostiqué chez mon mari. En plus de la peur, nous nous posons beaucoup de questions à propos de son travail. En effet, une réorganisation est en cours dans son entreprise et nous nous demandons s’il faut annoncer le diagnostic à ses supérieurs. Peut-on licencier mon mari pour cause de maladie ? Avec nos cordiales salutations R.


Réponse d’Erika Karlen
Bonjour Robespierre.
Un cancer est déjà en soi une lourde épreuve et l’attitude à adopter sur le lieu de travail est délicate. A fortiori lorsqu’il s’agit d’une réorganisation. Votre question est tout à fait légitime.
Lorsqu’un employé est en incapacité de travail totale ou partielle, il est tenu d’en informer son employeur. Il devra lui communiquer le taux de l’incapacité de travail ainsi que sa durée probable et lui indiquer s’il s’agit d’un accident, d’une maladie ou d’une grossesse. Toutefois, en cas de maladie, le collaborateur n’a pas à préciser le diagnostic. L’employé doit également apporter la preuve de son incapacité à travailler. Généralement, il produit un certificat médical. Un licenciement n’est pas possible pendant le délai de protection mais seulement après son expiration. Un licenciement pour « cause de maladie » est abusif. Bon nombre de salariés seront à nouveau un jour aptes au travail. Malheureusement, il arrive souvent que l’employeur licencie un collaborateur malade, alors même qu’il a un devoir d’assistance à son égard. L’entreprise préfère verser une indemnité (à hauteur de 6 mois de salaire maximum) plutôt que de prendre le risque d’une nouvelle incapacité de travail.
Pour toute autre question sur le sujet, la
ligue cantonale/régionale contre le cancer vous répondra volontiers.

Dernière précision : quand une incapacité de travail se prolonge, que le retour au poste de travail n’est possible que graduellement et avec une performance diminuée, il est recommandé de déposer une requête de réinsertion professionnelle auprès de l’AI ou de s’adresser à la ligue cantonale/régionale contre le cancer. Si votre mari est en bons termes avec son supérieur, opter pour une communication ouverte et transparente, y compris sur son diagnostic, peut s’avérer judicieux.
Nous vous souhaitons bon rétablissement et bon courage.


Revenir à « Cancer et Travail »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité