2023 – Cancer de la peau et protection solaire

admin
Site Admin
Messages : 638
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

2023 – Cancer de la peau et protection solaire

Messagepar admin » mar. 25 avr. 2023 15:05

Jusqu’au 26 juin 2023 nos trois spécialistes répondront à vos questions sur la protection solaire et le cancer de la peau.

Monika Burkhalter, MAS Prévention et promotion de la santé et infirmière diplômée ES, est responsable Prévention et dépistage à la Ligue zurichoise contre le cancer et dirige la campagne de protection solaire «Ja nicht rot werden» de cette organisation.
Olivier Gaide, Prof. Dr med. Olivier Gaide, Professeur associé, Service de Dermatologie et Vénéréologie de l’hôpital universitaire de Lausanne, CHUV
Christian Surber, Prof. Dr phil. nat., enseigne et effectue de la recherche aux cliniques de dermatologie des hôpitaux universitaires de Bâle et de Zurich.

Vous trouvez des informations supplémentaires et le lien pour le formulaire sur la page d’accueil du forum.

Les réponses suivantes correspondent à une prise de position générale. Elles ne remplacent pas les conseils personnalisés d’un médecin spécialiste. Les noms de médecins, établissements de traitement et produits ne sont pas cités dans un but publicitaire ni de recommandation. Ils se bornent à indiquer des sources d’information.

Quelques questions et réponses ont été traduites dans une autre langue nationale. Si vous avez des questions complémentaires, veuillez-vous adresser aux conseillères spécialisées de la Ligne InfoCancer, au numéro gratuit 0800 11 88 11, ou par e-mail à helpline@krebsliga.ch.

Meilleures salutations
L'équipe de modération

admin
Site Admin
Messages : 638
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Protection solaire en Nouvelle-Zélande

Messagepar admin » jeu. 11 mai 2023 12:51

Question de Bauschele
J’ai la peau très blanche et de nombreux grains de beauté ; il y a 3 ans, un mélanome est apparu, lequel a pu être enlevé sans problème et sans complications. Je suis en bonne santé et effectue quatre fois par année un contrôle médical de la peau.
De janvier à mars, je compte voyager en Nouvelle-Zélande, mais je suis un peu inquiet du fait que le soleil est très intense. D’où ma question : étant donné ma peau, le risque est-il plus élevé en Nouvelle-Zélande qu’au Tessin ou en Espagne ? Dois-je me montrer particulièrement prudent en Nouvelle-Zélande ? Si je me protège correctement avec des habits couvrants et de la crème solaire, le risque est-il vraiment plus élevé qu’ailleurs ?


Réponse de Prof. Christian Surber
Le rayonnement UV peut être nettement plus intense en Nouvelle-Zélande qu’au Tessin ou en Espagne. Cela dit, c’est surtout votre comportement – plutôt que l’endroit – qui joue un rôle déterminant. Il convient donc d’adopter les mesures de protection adéquates, c’est-à-dire porter une casquette à rabat qui couvre les oreilles, la nuque et le nez, des lunettes de soleil, un haut à manches longues de même qu’un pantalon ; de plus, si vous appliquez systématiquement une crème solaire SPF 50+ avec protection UVA (en Europe avec le logo UVA, inscrit dans un cercle, en Nouvelle-Zélande "broad spectrum") sur les parties de la peau non couvertes, vous serez bien protégé. Dès lors, vous pouvez entreprendre ce voyage sans souci et continuez de faire examiner régulièrement votre peau par un dermatologue. Je vous souhaite beaucoup de plaisir en Nouvelle-Zélande.

admin
Site Admin
Messages : 638
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Protection solaire pour bébé

Messagepar admin » ven. 2 juin 2023 11:49

Question de Sun123
Bonjour,
Quelle est la meilleure crème solaire pour mon bébé de dix mois ?
On m’a souvent recommandé d’utiliser une crème solaire minérale, mais on m’a également dit que ces crèmes étaient déconseillées en raison des nanoparticules et qu’il fallait leur préférer les crèmes chimiques.
Je vous remercie d’avance de votre réponse et me réjouis de lire vos recommandations.
Meilleures salutations.

Réponse de Prof. Christian Surber
Bonjour,
Les enfants âgés entre deux et trois ans ne devraient pas être exposés à la lumière directe du soleil. Les mesures de protection les plus efficaces sont de rester à l’ombre et de porter des vêtements offrant une protection contre le soleil (en cas d’exposition directe). Naturellement, la crème solaire est également efficace, mais elle ne remplace pas les autres mesures.
Dans votre question, vous utilisez trois termes qui méritent d’être expliqués : minérale, nanoparticule et crème chimique.
Tous les filtres de protection solaire sont des substances chimiques et leur mécanisme d’action « absorption, réflexion et dispersion » obéit à des principes physiques. La notion de filtre de protection solaire « chimique » a été utilisée dès les années 1990 par les spécialistes en marketing, afin de promouvoir les nouveaux filtres de l’époque, l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane, et de les différencier des autres filtres. L’oxyde de zinc et le dioxyde de titane (également appelés filtres minéraux ou physiques) reflètent la lumière du soleil et laissent donc un film blanc sur la peau. Tous les autres filtres sont désignés comme des filtres « chimiques ». La connotation négative de ce terme tend donc à les dévaluer. Tout cela a entraîné une confusion et une incertitude considérable.
Le critère le plus pertinent pour différencier les filtres de protection solaire est leur caractère « soluble » ou « insoluble ». En bref, le filtre présent dans la crème est-il dissous ou est-il réparti (dispersé) en petites particules ? L’oxyde de zinc et le dioxyde de titane (également appelés filtres minéraux ou physiques) sont des petites particules insolubles finement dispersées dans la crème.
En ce qui concerne la notion de « nanoparticule », « nano » suggère que la particule est très petite. C’est naturellement correct, sauf que tous les filtres solaires « dissous » dans la crème sont encore beaucoup plus petits. La probabilité qu’une nanoparticule transperce la peau est, en comparaison avec les filtres « solubles », extrêmement faible. Une nanoparticule ne peut « se glisser » à travers la couche supérieure de la peau (couche cornée) car elle est bien trop grande. En revanche, un filtre moléculaire dissous peut très bien traverser cette couche de peau, en fonction de ses propriétés physico-chimiques.
Ma recommandation pour les produits de protection solaire est donc générale : utilisez une protection solaire contenant un filtre « insoluble » (oxyde de zinc et dioxyde de titane, par exemple). Les filtres solaires contenant des nanoparticules (il en existe d’autres que l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane) sont également préférables aux filtres dissous en ce qui concerne leur absorption par la peau.
J’aimerais conclure avec la remarque suivante : tous les filtres solaires utilisés en Europe et en Suisse sont, comme les médicaments, autorisés par les autorités et font l’objet d’une surveillance constante, ce qui les rend sûrs.
Avec mes meilleures salutations.

admin
Site Admin
Messages : 638
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Pourquoi les solariums sont ils nocifs?

Messagepar admin » jeu. 22 juin 2023 16:19

Question de Johnwei
Le solarium est-il vraiment si néfaste ? Est-ce plus dangereux que se bronzer au soleil ?

Réponse de Monika Burkhalter
Tout d’abord, je tiens à dire que les deux sont néfastes. Les rayons UVA et UVB accroissent tous deux le risque de contracter le cancer de la peau et engendrent un vieillissement cutané prématuré.
La différence réside dans l’intensité des rayons UV. Si l’on considère les UVB, leur intensité au solarium est équivalente au rayonnement solaire à l’heure de midi en Suisse en été. Quant aux UVA, leur rayonnement au solarium peut être près de 15 fois supérieur.

La Ligue contre le cancer recommande les mesures de protection solaire suivantes, dans l’ordre de priorité :
1. Rester à l’ombre entre 11h et 15h
2. Porter des habits couvrants, un chapeau et des lunettes de soleil
3. Appliquer de la crème solaire
4. Renoncer au solarium

admin
Site Admin
Messages : 638
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Détection mélanome par IA

Messagepar admin » mar. 27 juin 2023 10:06

Question de Tuhtut :
Plus le mélanome étant diagnostiqué tôt, meilleures sont les chances de le guérir. Comme le diagnostic se fait principalement par observation de la peau par un spécialiste, pour des raisons de gain de temps pour les dermatologues et de coup pour les assurés, mais aussi pour une question de coup de la santé, je me demandais si cela existait déjà ou pourrait être envisagé qu’une caméra à l’aide d’une IA puisse détecter les anomalies de la peau ?

Réponse de Prof. O. Gaide:
Le nombre d'applications de santé utilisant l’IA explose et le domaine du dépistage du mélanome n’est pas en reste. Cependant, seule une minorité a été validée scientifiquement. Dans l'ensemble, leurs performances, leurs bénéfices mais aussi leurs dangers, n'ont pas encore été étudiées correctement. Ce qui nous inquiète encore, ce sont les erreurs de diagnostic (surtout le sur-diagnostic), mais aussi les erreurs de choix de lésions montrées à cette intelligence artificielle et finalement l’angoisse générée par ces systèmes qui n'offrent ni suivi, ni empathie.
De manière générale, cela fait depuis 2017 que nous attendons une aide au diagnostic qui ne vient pas. C'est dommage, car il est juste que le nombre d'experts est insuffisant et que l'IA semble être une partie de la solution à ce problème.
D’un point de vue médico-technique, plusieurs systèmes d'IA prometteuses sont en cours d'évaluation ou de validation, comme des systèmes de photographie 3D du corps entier. En Suisse un appareil de ce type se trouve en phase d’évaluation à l’hôpital universitaire de Bâle. Cette étude porte évidemment sur l'évaluation technologique de la précision de la combinaison de l'intelligence humaine et artificielle, mais aussi sur l’expérience subjective des patients. Même si cette étude porte ces fruits, l'accueil des patients pour le reste de leur prise en charge par des professionnels qualifiés restera essentiel.

admin
Site Admin
Messages : 638
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Crèmes solaires pour nourrissons

Messagepar admin » mer. 12 juil. 2023 15:50

Question d’une puéricultrice DESS :
J’ai une question au sujet des brochures de protection solaire de la Ligue contre le cancer https://boutique.liguecancer.ch/brochur ... -du-soleil.
Auparavant, on spécifiait pour les nourrissons d’utiliser des écrans solaires contenant uniquement des filtres physiques. Or les documents de la Ligue contre le cancer ne mentionnent pas cette spécificité et lorsque je me renseigne auprès des fabricants, j’obtiens des réponses contradictoires.
De telles crèmes solaires purement physiques existent-elles encore et sont-elles recommandées pour les nourrissons ?


Réponse de Prof. Christian Surber
La réponse à cette question comprend plusieurs aspects.
  • Dans la mesure du possible, les nourrissons et les jeunes enfants ne devraient pas être exposés directement à la lumière du soleil. Il est très facile de les protéger en leur mettant des vêtements légers.
  • À l’ombre – par exemple sous un parasol à la plage – les rayons UV peuvent se réfléchir sur la peau découverte. Pour la protéger, il convient alors d’appliquer un écran solaire.
  • Les termes de filtres « physiques » (« minéraux ») et « chimiques », que la presse a beaucoup utilisés, ont provoqué beaucoup d’incertitude.
    Tous les filtres solaires sont des substances chimiques et leur mécanisme d’action est toujours un phénomène physique : absorption, diffusion et réflexion.
    La distinction entre filtres « physiques » et filtres « chimiques », qui date des années 1990, est donc erronée et trompeuse. Les spécialistes du marketing avaient alors introduit cette terminologie pour promouvoir les nouveaux filtres de l’époque – oxyde de zinc et dioxyde de titane – et les distinguer des filtres qui existaient jusqu’alors. En effet, le terme « physique » a une connotation positive alors que la notion de « chimique » est négativement connotée. L’oxyde de zinc et le dioxyde de titane sont aussi parfois qualifiés de filtres « minéraux » et, ces dernières années, ils ont souvent été présentés comme « naturels ». Le terme « minéral » (connoté positivement) n’est pas faux, mais il ne tient pas compte du fait que l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane utilisés dans les écrans solaires sont des produits issus d’un processus de fabrication physico-chimique. Le terme « naturel » n’est donc pas approprié.
  • Il s’agit dès lors de déterminer comment choisir des écrans solaires adaptés aux nourrissons et aux jeunes enfants : ils doivent contenir exclusivement de l’oxyde de zinc et du dioxyde de titane sous forme de microparticules ; ils « blanchissent » donc sur la peau et sont bien visibles. Peu de fournisseurs proposent des produits contenant seulement ces deux filtres. D’autres filtres sont souvent ajoutés aux écrans solaires contenant de l’oxyde de zinc et du dioxyde de titane afin de renforcer/d’étendre l’effet du produit ou de le rendre plus esthétique. Les filtres utilisés sont indiqués dans la liste des composants figurant sur chaque tube d’écran solaire.
  • Encore une chose ! Lors du choix d’un produit, des questions sur les nanoparticules se posent régulièrement. Le terme « nano » est toujours associé à « très, très petit » (ce qui n’est pas faux). Voici donc encore une remarque sur la classification des filtres solaires. Il a été démontré ci-dessus qu’une subdivision en filtres « physiques » et « chimiques » est trompeuse. La subdivision en filtres « organiques » ou « inorganiques » (oxyde de zinc et dioxyde de titane uniquement) est certes correcte, mais pas pertinente eu égard à la sécurité du produit. Une distinction judicieuse consiste à diviser les filtres solaires en filtres « solubles » et « insolubles » (solubles ou insolubles dans l’écran solaire). Les filtres « insolubles » – dont font partie l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane ainsi que quatre autres filtres solaires – sont incorporés/suspendus dans les écrans solaires sous forme de nano- ou de microparticules. Les filtres « solubles » se dissolvent dans l’écran solaire (ils sont dispersés au niveau moléculaire). Les molécules sont plusieurs fois plus petites que les nano- ou les microparticules. En tant que telles, les nano- et microparticules ne peuvent PAS traverser la peau. Dans ce contexte, je recommande de choisir des produits contenant des filtres nano- ou microparticulaires. Comparés aux produits contenant des filtres nanoparticulaires, les écrans qui contiennent des filtres microparticulaires sont parfois moins esthétiques.

admin
Site Admin
Messages : 638
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Protection solaire pour une courte exposition au soleil

Messagepar admin » mer. 12 juil. 2023 16:31

Question de Sunshine

J’avoue que j’ignore si les rayons du soleil sont vraiment dangereux, et j’aimerais savoir si vous pouvez me donner un avis d’expert à ce sujet.
Je me suis déjà exposée plusieurs fois brièvement au soleil ces derniers jours, même à midi, et je pense que mon type de peau est moyen (pas très clair, pas de type méditerranéen). Aurais-je dû utiliser un écran solaire pour me protéger ?
Que pensez-vous de ce cas concret ?
Doit-on toujours se protéger des rayons du soleil, notamment avec de la crème solaire, ou est-il possible de s’exposer sans crainte au soleil en fonction de certains facteurs – durée, intensité, type de peau, autres ?


Réponse de Prof. Christian Surber
« Soleil de midi »
Si vous vous exposez brièvement au soleil à midi, vous n’avez rien à craindre. Les rayons UV du soleil sont essentiels à notre vie, car ils permettent à notre peau de produire de la vitamine D. Une exposition modérée au soleil est donc vitale, l’essentiel étant d’éviter les coups de soleil.
Il est important de noter que même les écrans solaires avec un FPS élevé n’isolent pas complètement la peau des rayons UV et ne bloquent donc pas la production de vitamine D.
« Au soleil même sans crème solaire »
Vous trouverez des conseils pratiques en matière de protection solaire sur https://www.liguecancer.ch/a-propos-du-cancer/prevention/se-proteger-du-soleil.
Les trois piliers de la protection solaire sont les vêtements, l’ombre et les écrans solaires, les deux premiers étant nettement plus efficaces que le troisième. Cela signifie que les écrans solaires ne remplacent pas les vêtements et l’ombre. C’est à vous de décider de la manière d’appliquer ces mesures.
Si vous pratiquez une activité en plein air, quelle qu’elle soit, l’utilisation d’un écran solaire SPF 50+ avec logo UVA est indispensable, en plus des vêtements.
L’utilisation quotidienne d’un écran solaire tout au long de l’année, comme certains le préconisent, n’est à mon avis d’aucune utilité.
L’essentiel est de ne jamais attraper de coups de soleil.


Revenir à « Cancer de la peau et protection solaire »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité