2019 - Équipe InfoCancer

admin
Site Admin
Messages : 288
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

2019 - Équipe InfoCancer

Messagepar admin » mar. 25 juin 2019 7:03

Avez-vous des questions aux conseillères de la Ligne InfoCancer ?

L’équipe d’InfoCancer répond à vos questions par écrit jusqu'au 1er septembre 2019 sur le forum.

Toutes les questions et les réponses de l’équipe InfoCancer seront publiées ici.

Ces réponses correspondent à une prise de position générale. Elles ne remplacent pas les conseils personnalisés d’un médecin spécialiste. Les noms de médecins, établissements de traitement et produits ne sont pas cités dans un but publicitaire ni de recommandation. Ils se bornent à indiquer des sources d’information.

Quelques questions et réponses ont été traduites dans une autre langue nationale. Si vous avez des questions complémentaires, veuillez vous adresser aux conseillères spécialisées de la Ligne InfoCancer, au numéro gratuit 0800 11 88 11, ou par e-mail à helpline@krebsliga.ch.


Meilleures salutations

Les modératrices

admin
Site Admin
Messages : 288
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Existe-t-il un risque lors de rapports intimes après un traitement contre le cancer ?

Messagepar admin » jeu. 11 juil. 2019 10:23

Question de JMA :
Madame, Monsieur,

J’ai fait la connaissance d’une femme qui a eu un cancer du sein. Etant donné que nous nous sommes vus une seule fois et que je n’y connais rien dans ce domaine, j’aimerais savoir par précaution s’il existe un quelconque risque pour moi lors de rapports intimes - si nous étions amenés à en avoir par la suite.

Je vous remercie vivement de votre réponse.

Meilleures salutations

Réponse de Cornelia Orelli, conseillère spécialisée de la Ligne InfoCancer :
Bonjour JMA,

Merci pour votre question.

Je vous invite à consulter la question de Nick et la réponse de Simone Dudle, conseillère en sexualité, sur le Forum Cancer. Vous y trouverez sans doute de nombreux éléments de réponse à vos questions, doutes et craintes en lien avec la sexualité. Voici le lien :
viewtopic.php?f=60&t=1820&p=5424&hilit= ... 3%A9#p5424

Si vous craignez un éventuel risque d’infection, je précise d’emblée que le cancer n’est pas contagieux.

La peur d’une transmission du cancer est néanmoins un mythe qui semble tenace. Il est bon d’évoquer cette crainte afin que les personnes atteintes d’un cancer ne se sentent pas soudainement isolées parce que des proches et des amis auraient pris leurs distances de peur d’être infectés. Cette appréhension n’a aucune raison d’être puisque le cancer n’est pas contagieux.

Rares sont celles et ceux qui osent parler de la peur d’une contamination. C’est pourquoi il n’est pas rare que des personnes atteintes d’un cancer soient mises à l’écart, par exemple sur leur lieu de travail.

Le cancer n’est pas une maladie infectieuse. Contrairement aux virus et aux bactéries, les cellules cancéreuses ne peuvent pas se transmettre d’une personne à l’autre avant de se multiplier. Par conséquent, un contact, un câlin, un baiser ou des relations sexuelles avec une personne touchée ne comportent aucun risque de contagion.

Les cellules tumorales ne peuvent pas survivre à l’extérieur du corps de la personne concernée et n’ont pas développé de stratégie leur permettant de subsister dans un organisme tiers et de s’y propager. Il n’existe aucune preuve scientifique à ce jour indiquant le contraire.

J’aimerais encore ajouter une précision au sujet de la contraception : il est recommandé d’avoir des rapports protégés pendant le traitement médicamenteux d’un cancer ou lors d’une radiothérapie, que la femme ait ses règles ou non. En effet, une grossesse ne devrait être envisagée que si la femme est suffisamment remise d’une maladie et des thérapies qu’elle a subies.

admin
Site Admin
Messages : 288
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

J'ai si peur

Messagepar admin » lun. 15 juil. 2019 10:33

Question von AAA81

Il y a peu, on m’a diagnostiqué un adénocarcinome infiltrant G2 G3 au col de l’utérus. J’ignore ce qui va m’arriver et j’ai si peur. J’attends un appel pour savoir que faire, mais mon téléphone ne sonne pas. Je suis vraiment angoissée. Pourriez-vous me donner des explications ou des conseils et me réconforter?


Réponse de Cornelia Orelli, conseillère spécialisée de la Ligne InfoCancer :

Bonjour AAA81,
Le diagnostic de cancer a presque toujours un effet fortement déstabilisant. Certains le comparent à un tsunami. L’attente d’informations plus précises et les mille doutes qui nous tourmentent ne font qu’alimenter nos peurs. Ces sentiments sont tout à fait normaux, mais cela ne les rend pas pour autant plus faciles à supporter. Dans de telles circonstances, il peut être réconfortant de parler avec quelqu’un hors du cercle familial ou amical. Si vous nous écrivez de Suisse, vous pouvez contacter la Ligne InfoCancer de la Ligue suisse contre le cancer: 0800 11 88 11. Si vous habitez en Italie, n’hésitez pas à contacter
la help-line de l’Associazione italiana malati di cancro, parenti e amici: 840 50 35 79.
Vous obtiendrez ainsi des réponses ciblées et personnalisées à vos questions.

Les brochures suivantes vous donneront des informations d’ordre général sur le cancer du col de l’utérus (appelé aussi carcinome cervical):

Brochures

Institut Europen d’Oncologie (seulement en italien)

Shop Infocancer

J’espère que vous bénéficierez rapidement du soutien dont vous avez besoin.

Meilleures salutations,

Cornelia
Conseillère

admin
Site Admin
Messages : 288
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Des douleurs à l’origine incertaine

Messagepar admin » lun. 29 juil. 2019 13:28

Question de Ivan Romano
Bonjour, depuis deux ans, je ressens une douleur quand je respire profondément. Une batterie d’examens (gastroscopie, radio du thorax et scanner du thorax, etc.) a permis de diagnostiquer une hernie hiatale. Aucun des médecins ni des spécialistes consultés n’a fait le rapprochement entre la douleur et la hernie hiatale, laquelle n’entraîne aucun symptôme ni brûlure. Le diagnostic final est tombé: anxiété. Toutefois, une douleur/brûlure à l’épaule et au cou (côté gauche) ainsi qu’un phénomène d’yeux enfoncés et une diplopie, se manifestant durant les heures nocturnes et ne dépendant pas des yeux selon l’oculiste, sont venus s’ajouter à la douleur persistante ressentie pendant la respiration profonde (au dos, à gauche). Quels examens puis-je faire pour qu’un diagnostic soit formulé?

Réponse de Cornelia Orelli, conseillère spécialisée de la Ligne InfoCancer
Bonjour,
Depuis deux ans, vous ressentez des douleurs à l’origine incertaine quand vous respirez. Après avoir éliminé certaines causes possibles, on vous a diagnostiqué un trouble de l’anxiété. Ce diagnostic ne vous satisfait pas, d’autant plus que de nouveaux symptômes sont venus s’ajouter aux douleurs initiales. Nous ne sommes pas un service médical. Répondre à votre question sur d’éventuels examens complémentaires dépasse donc le cadre de nos compétences. Veuillez s’il-vous-plaît vous adresser à un médecin.

Votre inquiétude est compréhensible. Vivre dans le doute est difficile. J’espère que l’on pourra exclure des causes alarmantes et que votre état de santé s’améliorera rapidement.

admin
Site Admin
Messages : 288
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Pronostic

Messagepar admin » lun. 29 juil. 2019 15:01

Question de Alice
Les résultats de la biopsie indiquent un carcinome canalaire invasif dans le quadrant supéro-externe du sein droit, de 35 mm, ganglion lymphatique négatif. Kl67 20%, positif pour les deux hormones à 90% et positif pour Her2. Le degré n’est pas indiqué. On m’a dit qu’il est circonscrit. J’ai 40 ans.
On m’a proposé une chimiothérapie et un traitement biologique pour réduire la tumeur, suivi d’une intervention chirurgicale et d’un traitement hormonal.
Qu’implique cette positivité aux hormones et à Her2 en termes de survie, risque de récidive et efficacité des soins?

Réponse de Cornelia Orelli, conseillère spécialisée de la Ligne InfoCancer
Bonjour Alice,
Comme cela est compréhensible, vous voulez connaître votre pronostic et anticiper l’efficacité du traitement proposé.

Au sein du sous-type de carcinome du sein qu’on vous a diagnostiqué, l’hétérogénéité est élevée. Des patients atteints de tumeurs apparemment identiques présenteront une évolution clinique différente.

Veuillez s’il-vous-plaît adresser vos questions à l’oncologue spécialisé en sénologie qui vous suit. Définir votre situation individuelle en termes de probabilités en fonction des facteurs pronostiques et prédictifs que vous nous fournissez aimablement dépasse le cadre de nos compétences.

Les facteurs pronostiques sont liés au pronostic (c’est-à-dire à la survie/au risque individuel de récidive), les facteurs prédictifs à l’efficacité du traitement antitumoral. Certains facteurs se sont révélés utiles et importants pour choisir le type de traitement, comme la taille de la tumeur, l’état des ganglions lymphatiques axillaires, le niveau histologique, l’activité de prolifération (Ki67), le type histologique, l’invasion vasculaire, l’état de HER-2, l’état des récepteurs hormonaux, l’âge et les profils d’expression génique. Votre oncologue saura vous expliquer dans le détail quelles caractéristiques biologiques présente votre tumeur et motiver le conseil thérapeutique.

J’espère que vous répondrez positivement au traitement et reste volontiers à votre disposition pour un accompagnement et une aide de type psychosocial
(Ligne InfoCancer).

Voici des sources d’information qui pourront vous être utiles tout au long de votre parcours:

- Brochure de la Ligue contre le cancer
- Livret de l’Associazione italiana malati di cancro, parenti e amici
- Portail promu par Europa Donna de la Suisse

Avec mes salutations les meilleures.

admin
Site Admin
Messages : 288
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Entretien d’embauche, changement de poste après un cancer

Messagepar admin » lun. 12 août 2019 13:34

Question anonyme
Bonjour,

Atteint d’un lymphome, j’ai suivi un traitement par anticorps associé à une chimiothérapie.
Il s’est terminé il y a douze mois et les examens consécutifs au traitement ont démontré son efficacité. Depuis, je me sens à nouveau bien et travaille comme avant la maladie, à 80 %. Après douze ans à mon poste actuel, j’envisage maintenant de changer d’emploi. Lors de l’entretien d’embauche, devrai-je informer mon futur employeur de mon cancer passé ? Et au moment de changer d’emploi, à quoi faut-il faire attention par rapport à la maladie à présent surmontée ?

Réponse de Lilian Rey, conseillère de la Ligne InfoCancer
Bonjour,
Il est réjouissant de constater que vous avez bien récupéré de votre maladie et que vous avez des projets professionnels.

Une fois le traitement terminé, rien ne vous oblige à en parler à votre futur employeur lors de l’entretien d’embauche dans la mesure où vous vous sentez en forme et capable de travailler comme à l’ordinaire. Lors de l’entretien, l’employeur ne peut poser que des questions en lien avec le contrat de travail. Les questions générales concernant l’état de santé du candidat (par exemple : « Souffrez-vous ou avez-vous souffert de maladies ? ») ne sont pas autorisées. Si l’on vous pose ce genre de question, vous avez le droit de ne pas dire la vérité. Si d’aventure l’employeur réalise ensuite que le candidat a menti, cela ne constitue en aucun cas un motif de licenciement immédiat.

Reste à savoir si cela va dans le sens d’une bonne collaboration dans un climat de confiance. Notez d’ailleurs que certains employeurs apprécient la sincérité et l’expression d’une confiance réciproque, et ne refuseraient pas d’engager un candidat ayant traversé et surmonté l’épreuve du cancer. D’un autre côté, on s’expose évidemment au risque d’un refus en évoquant le sujet. Il n’existe pas de solution universelle. Avec un peu d’intuition et de chance, vous sentirez lors de l’entretien quelle attitude adopter.

Lors d’un changement de poste, il vaut la peine d’examiner à fond sa situation personnelle en termes d’assurances (caisse de pension, assurance d’indemnités journalières en cas de maladie). Les règles en la matière varient. Plusieurs aspects sont à prendre en considération.

Ainsi, en cas de maladie, la durée du contrat de travail existant a son importance. Lorsque vous changez de poste, vous n’êtes qu’en première année de service et bénéficiez donc d’une couverture d’assurances inférieure à celle que vous aviez dans le cadre de votre poste précédent, où vous travaillez depuis douze ans. Par conséquent, la protection contre le licenciement en cas de maladie est très limitée dans le temps, tout comme la durée durant laquelle le salaire continue d’être versé. Notez par ailleurs qu’il n’y a pas de protection contre le licenciement pendant la période d’essai.


Les prestataires d’assurances d’indemnités journalières en cas de maladie peuvent accepter de ne couvrir une personne que sous réserve de certaines conditions. Cela signifie qu’en cas de rechute, vous ne bénéficieriez pas d’une couverture contre la perte de gain si votre cancer fait l’objet d’une telle réserve. Dans certains cas, cette condition s’applique à vie. En outre, les caisses de pension peuvent introduire des conditions restrictives dans la partie surobligatoire. Ce genre de réserve est limitée à cinq ans et ne concerne que la rente d’invalidité et le décès. Il est impératif de répondre conformément à la vérité aux questions de santé posées par les assurances, sans quoi celles-ci sont autorisées, dans certaines circonstances, à réduire leurs prestations voire à les suspendre.

Je vous recommande de solliciter des conseils personnalisés à ce sujet. Les assistants sociaux de la
Ligue contre le cancer dans votre région possèdent les connaissances et l’expérience nécessaires en matière de questions juridiques liées aux assurances sociales et se tiennent à votre disposition pour un entretien personnel approfondi.

Je vous adresse mes meilleures salutations et tous mes vœux pour la suite.

admin
Site Admin
Messages : 288
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Symptomes

Messagepar admin » jeu. 22 août 2019 11:56

Question de Griva97
Bonjour, j’aimerais savoir si une tumeur, une fois celle-ci formée, provoque des symptômes persistants ou si ces derniers peuvent apparaître et disparaître par intermittence. Merci

Réponse de Cornelia Orelli, conseillère du Service InfoCancer
La durée des troubles n’est pas un critère permettant de conclure avec certitude à la présence d’une tumeur, mais des signes et des symptômes persistants ou récurrents doivent inciter à s’adresser à son médecin afin d’exclure cette éventualité ou afin de la traiter le plus rapidement possible.

admin
Site Admin
Messages : 288
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Prise en charge des coûts des mesures de préservation de la fertilité en cas de cancer

Messagepar admin » jeu. 22 août 2019 14:37

Question de Teja
Bonjour, j’ai une question concernant la récente modification du catalogue de prestations de l’assurances maladie, entrée en vigueur au 1er juillet 2019. Plus précisément, ma question concerne la couverture des coûts des mesures de préservation de la fertilité chez les personnes atteintes d’un cancer. Je souhaiterais savoir si je peux rétroactivement demander un remboursement à mon assurance maladie, eu égard au fait que mon traitement de préservation de la fertilité a été effectué en avril. Je vous serais également reconnaissante si vous pouviez m’indiquer comment agir dans cette situation. Existe-t-il éventuellement d’autres solutions ?
Meilleures salutations et un grand merci d’avance!

Réponse de Rita Lang, conseillère de la Ligne InfoCancer.
Bonjour Teja,
Nous vous remercions de votre question. Vous êtes atteinte d’un cancer. Dans le cadre de votre traitement, vous avez suivi des mesures de préservation de la fertilité. Comme vous le mentionnez, l’assurance obligatoire des soins rembourse depuis le 1er juillet 2019 les coûts liés à la conservation de tissus ovariens, d’ovules et de spermatozoïdes durant cinq ans. La prise en charge d’autres mesures, comme la fécondation d’ovules, incombe toujours aux patientes et patients. Vous trouverez des informations détaillées dans
l’Ordonnance du DFI sur les prestations de l’assurance des soins (modification du 6 juin 2019, p. 8) La Ligue contre le cancer a également communiqué à ce sujet : Communiqué de presse sur la prise en charge des coûts des mesures de préservation de la fertilité.

Votre traitement est antérieur au 1er juillet, mais effectué en 2019. Quelles démarches pouvez-vous entreprendre auprès de votre assurance-maladie ?
Nous vous recommandons de chercher le dialogue. Si vous ne parvenez pas à vous faire entendre, votre médecin traitant pourra vous aider à justifier l’indication médicale des mesures prises. Si cela n’est pas concluant, n’hésitez pas à demander conseil à la Ligue cantonale contre le cancer de votre région.
Je vous souhaite chaleureusement d’aboutir dans la suite de vos démarches.
Peut-être désirerez-vous partager votre expérience dans notre Forum pour donner du courage à d’autres personnes atteintes.
Nous vous adressons tous nos vœux et nos plus cordiales salutations.

admin
Site Admin
Messages : 288
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Différence entre échographie et IRM

Messagepar admin » lun. 26 août 2019 10:27

Question d’Andrea
Bonjour, j’ai une question. Atteinte d’un cancer du col de l’utérus en 2017, j’ai subi depuis une radio-chimiothérapie et une curiethérapie et je suis suivie de près. Mon dernier frottis remonte à six semaines et il y a quatre semaines, j’ai fait une IRM. Avant-hier, mon oncologue m’a dit que l’IRM laisse soupçonner une récidive. À la suite de cela, je suis allée chez ma gynécologue le lendemain. Elle a procédé à un toucher vaginal et à une échographie. Est-ce qu’on voit plus de choses avec une IRM ? Meilleures salutations, Andrea

Réponse d’Irma Boving, conseillère spécialisée à la ligne InfoCancer
Bonjour Andrea,
Merci beaucoup pour votre question concernant la différence entre l’échographie et l’IRM (imagerie par résonance magnétique).
Ces deux méthodes d’imagerie reposent sur l’emploi non pas de rayons X, mais de champs magnétiques (IRM) et d’ultrasons (échographie). Ce sont d’excellents instruments pour visualiser des tissus mous et des régions du corps qui comportent une forte proportion de parties molles, par exemple lors de tumeurs dans la région du bassin.

L’IRM utilise un champ magnétique puissant. L’énergie accumulée est captée, puis analysée par l’ordinateur et reconstruite sous la forme d’une image ou, plutôt, de plusieurs images (vues en coupes). L’administration d’un produit de contraste permet de rendre les structures plus visibles.
L’échographie est basée sur l’emploi d’ultrasons émis par une sonde. Ceux-ci sont réfléchis par les tissus et renvoyés à la sonde sous forme d’écho. Ce signal est analysé par l’ordinateur et converti en images. Cette technique permet de distinguer les différentes structures en fonction de la densité du tissu examiné. La sonde peut être introduite dans une cavité corporelle, comme le vagin, afin de visualiser précisément des régions ou des organes difficiles à examiner de l’extérieur.

Les deux examens se complètent mutuellement.

En espérant que ces explications vous seront utiles, je vous adresse mes meilleurs vœux pour la suite. Cordiales salutations.

admin
Site Admin
Messages : 288
Inscription : ven. 28 avr. 2006 6:19
Localisation : Berne

Entretien de clarification

Messagepar admin » mar. 3 sept. 2019 15:35

Question de Nadia:
Le 14 juillet 2019, on a diagnostiqué à mon mari deux adénocarcinomes pulmonaires, tous dans le poumon gauche. Le premier mesurait 7,5 cm avec une infiltration du médiastin et le second 5,5 cm. Le 20 août, le traitement d’immunothérapie a débuté avec du pembrolizumab suivi d’une perfusion pour l’hypercalcémie. A partir de ce jour, les symptômes ont empiré. Je précise qu’il a toujours eu une légère fièvre. Après le 20, il respirait de plus en plus mal, avait 39,5° C de fièvre et par deux fois des vomissements. Il a été hospitalisé le 23 août et suite au scanner, nous avons appris que les deux tumeurs avaient augmenté, la 1re jusqu’à 11 cm et la 2e jusqu’à 8. Tout cela serait-il dû aux effets du médicament ou est-ce la tumeur qui, en un mois, a grossi comme ça? Faut-il continuer les mêmes traitements et espérer qu’on puisse opérer ou bien aller à Sienne?

Réponse de Cornelia Orelli, conseillère du Service InfoCancer
Chère Nadia,

Comme cela est compréhensible, l’état de santé de votre mari vous préoccupe énormément. L’évolution de sa maladie suscite chez vous beaucoup d’interrogations. Vous voulez vous assurer qu’il est entre de bonnes mains et songez à des alternatives.

Il ne relève pas de nos compétences d’évaluer l’évolution individuelle de patients atteints de cancer, ni de formuler des hypothèses sur leur réponse aux traitements ou des recommandations sur la procédure à suivre. Veuillez demander un entretien de clarification à l’équipe médicale qui suit votre mari. Pour vous aider à vous préparer à l’entretien avec l’oncologue référent de votre mari, je vous fais parvenir la fiche sur le
pembrolizumab réalisée par l’AIMaC. Comme vous le constaterez, les symptômes que vous avez observés chez votre mari font partie des potentiels effets secondaires de ce médicament. Toutefois, les symptômes développés par votre mari peuvent également avoir d’autres origines. Il incombe exclusivement à l’équipe soignante de vous expliquer les liens de causalité de l’état actuel de votre mari, et de répondre à vos questions.

Pour obtenir un deuxième avis médical, vous pouvez vous adresser à un autre établissement de soins. L’Association italienne des malades du cancer, parents et amis (
AIMaC - numéro vert 840 50 35 79) saura vous orienter vers un centre oncologique en Italie. Si vous souhaitez demander une deuxième opinion en Suisse, vous pouvez dans ce cas vous adresser directement à l’Institut oncologique de la Suisse italienne (IOSI): contact.

Pour toute autre question, vous pouvez
nous recontacter ou contacter l’association AIMaC.

Je vous souhaite de recevoir au plus vite l’attention dont vous avez besoin.

Sincères salutations,

Cornelia
Modératrice


Revenir à « Équipe InfoCancer »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités