Santé et tumeurs féminines

Grâce aux progrès réalisés par la médecine ces dernières années, les traitements des cancers gynécologiques (cancer du sein, des ovaires, de l’utérus et du col de l’utérus) sont aujourd’hui plus efficaces et mieux tolérés.

Quelles possibilités ai-je pour réduire mon risque de cancer ?

Que puis-je faire pour détecter précocement un cancer ?

Quelles sont les options thérapeutiques dans mon cas?

Comment gérer les répercussions de mon cancer ?

Profitez de l’occasion pour poser vos questions par écrit à nos expert-e-s. Les réponses seront  régulièrement mises en ligne dans le Forum.

Prof. ém. Dr méd. Monica Castiglione, oncologue expérimentée et spécialiste du cancer du sein,

Dr méd. Laura Knabben, médecin-cheffe de la Clinique universitaire de gynécologie et obstétrique à l’Hôpital de l’Ile à Berne,

Mme Monika Biedermann, spécialiste en soins mammaires au Centre du sein à la Clinique universitaire de gynécologie et obstétrique à l’Hôpital de l’Ile à Berne,

Dr André Kind, médecin-chef de la policlinique et de la consultation dysplasie/HPV à l’Hôpital universitaire de Bâle

 

 

Questions aux expertes – Cancer du sein 2018

Deux spécialistes du cancer du sein à l’écoute en octobre 2018

M. Biedermann Dr M. Castiglione

M. Biedermann
M. Castiglione

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 6000 nouveaux cas de cancer du sein (carcinome mammaire) chez la femme et environ 50 chez l’homme. Le cancer du sein est ainsi le cancer le plus fréquent dans la population féminine : il représente presque un tiers de tous les diagnostics de cancer chez la femme. Bien que le risque augmente nettement après 50 ans, la maladie touche également des femmes jeunes : 20 % des patientes n’ont pas atteint la cinquantaine au moment du diagnostic. Lorsque le cancer du sein est détecté au stade débutant, le traitement est souvent plus simple et les chances de survie sont généralement plus élevées.

Il est difficile de prévenir un cancer du sein, les principaux facteurs de risque, comme l’âge et le sexe, ne pouvant être influencés. Cependant, la pratique régulière d’une activité physique diminue, d’une part, le risque de développer un cancer du sein et peut, d’autre part, aider les femmes touchées à retrouver un équilibre physique et psychique.

Avez-vous des questions? Souhaitez-vous partager avec nous ce que vous vivez?

Prof. Dr méd. Monica Castiglione, oncologue expérimentée et spécialiste du cancer du sein et Mme Monika Biedermann, spécialiste en soins mammaires au Centre du sein à la Clinique universitaire de gynécologie et obstétrique à l’Hôpital de l’Ile à Berne, répondent à toutes vos questions en lien avec le cancer du sein. Les réponses seront mises en ligne dans le Forum «Questions sur le cancer – Des médecins et d’autres spécialistes vous répondent».

Cliquez ici pour remplir le formulaire.

Vous trouvez toutes les informations relatives au cancer du sein – dépistage, prévention ainsi que dépistage par mammographie – sous ce lien.